-- -- -- / -- -- --
Nationale

Un délai de deux mois pour les journalistes retardataires

Un délai de deux mois pour les journalistes retardataires

Une année après son installation, la mission de la commission nationale provisoire chargée de l’identification des journalistes professionnels a été prorogée jusqu’à fin septembre, selon le ministre de la Communication, Hamid Grine.

« La décision a été prise lors d’une séance d’évaluation avec les membres de la commission, afin de lui permettre de finaliser l’examen des dossiers déposés et de permettre à tous les journalistes retardataires d’acquérir la carte professionnelle », a-t-il expliqué.

M. Grine a invité les responsables des médias à « sensibiliser davantage » leurs journalistes pour acquérir la carte professionnelle. Présentant le bilan d’un an de travail, le président de la commission, Saadi Chibah, a annoncé qu’à ce jour 2 769 cartes provisoires ont été remises aux journalistes professionnels, précisant que la commission avait reçu 2 890 dossiers dont 22 ont été ajournés pour diverses raisons.

Il a expliqué que pour la plupart des dossiers ajournés, la commission attend de définir le statut des « journalistes » concernés, qui exercent comme tels dans les chaînes de radios nationales ou locales, mais qui ont le statut d’animateur ou encore de réalisateur.

M. Chibah a relevé qu’environ 60 % des journalistes de l’APS, de la radio et de la télévision publique sont, à ce jour, détenteurs de la carte provisoire du journaliste professionnel.

Il a déploré, par contre, que hormis quelques quotidiens privés à grand tirage, la majorité des titres privés n’ont déposé qu’entre un et trois dossiers (pour la carte professionnelle) par publication.

Considérant cette situation anormale, le ministre a déploré le fait qu’un responsable d’un journal qui bénéficie du soutien de l’Etat déclare employer une cinquantaine de journalistes, alors que les statistiques démontrent que cela est complètement faux.

Il a instruit, à ce propos, le secrétaire général du ministère, Abdelkader El-Eulmi, pour examiner cette question avec les directeurs des journaux concernés, sur la base des statistiques détenues par la commission. Le paysage médiatique compte environ 400 publications réparties entre quotidiens, hebdomadaires et magazines, outre les cinq chaînes de télévision privées, l’Entreprise nationale de télévision qui compte 5 chaînes, et 55 radios, nationale et locales.

Le président de la commission a fait savoir que 22 nouveaux dossiers ont été déposés auprès de la commission depuis l’annonce du prix du président de la République du journaliste professionnel.

Le prix cité exige du candidat, entre autres, d’être détenteur de la carte du journaliste professionnel. Installée le 21 juillet 2014, la commission avait entamé son travail le 22 juillet de la même année. Le décret exécutif limite sa mission à une année.

Quant à la commission permanente chargée de la carte du journaliste professionnel, dont les membres sont élus, le ministre a précisé que la date des élections n’a pas encore été fixée et que son département se préparait pour des élections « transparentes ». 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email