-- -- -- / -- -- --
Nationale

Un contrat algéro-indonésien de 4,5 milliards de dollars

Un contrat algéro-indonésien de 4,5 milliards de dollars

Les entreprises publiques MANAL et ASMIDAL ont conclu hier trois accords d’investissement de 4,5 milliards de dollars avec le groupe industriel indonésien INDORAMA Corporation.

« La signature de ces contrats de joint-venture, qui a eu lieu en présence du ministre de l’Industrie et des Mines Abdeslam Bouchouareb et de l’ambassadrice d’Indonésie à Alger, Safira Machrusah, porte sur le développement de trois projets mixtes algéro-indonésiens », a indiqué le communiqué.

Le premier accord concerne le développement et l’exploitation de la nouvelle mine de phosphate de Bled el Hadba dans la wilaya de Tébessa d’une capacité de production de 1 million de tonnes de minerai de phosphate et de 6 millions de phosphates marchands par an.

D’une durée de vie de 100 ans, l’ouverture de la mine devrait démarrer cette année alors que son entrée en production est prévue dès 2019, selon les données de la fiche technique communiquée par le ministère.

Le coût des investissements estimés pour ce projet (mine, équipements, usine de traitement) s’élève à 1 milliard de dollars. Le projet permettra la création de 700 emplois directs et de 2 100 emplois indirects.
Le deuxième projet, d’un investissement de 2 248 milliards de

dinars, concerne la transformation des phosphates pour la production de l’acide phosphorique et le diammonium phosphate (DAP).

Selon la fiche technique, le projet est localisé sur deux sites : un complexe acide phosphorique à Oued Keberit, sans la wilaya de Souk Ahras sur 1 200 hectares et un complexe d’engrais à Hadjar Soud, dans la ville de Skikda, sur 50 hectares.

Les deux unités devraient entrer en production en 2019, dès leur finalisation. Selon la fiche technique, ces deux usines seront pourvoyeuses de 2 000 postes d’emploi directs et de 5 000 emplois pendant la construction, qui s’étalera de 2017 à 2019.

Quant au troisième complexe, il porte sur la transformation du gaz naturel pour la production d’ammoniac, de nitrate d’ammonium technique (TAN) et de calcium ammonium nitrate (CAN. Ce complexe sera établi dans la wilaya de Skikda sur 100 hectares. Ses unités seront d’une capacité de production annuelle de 1 089 000 tonnes d’ammoniac, de 200 000 tonnes de nitrate d’ammonium technique NAT et de 800 000 tonnes de calcium nitrate d’ammonium – CAN. La réalisation de l’usine devrait
également démarrer en 2019 et son entrée en production est prévue la même année.

Le coût d’investissement estimatif de l’usine est de 2 448 milliards de dollars. Quant au nombre d’emplois prévus par ce projet, il est estimé à 1 500 et 4 000 pendant le délai de réalisation qui s’étend sur 3 ans. « Ces trois projets complémentaires permettront à l’Algérie de se positionner sur toute la chaîne des valeurs des phosphates et du gaz », affirme le ministère.

« La production issue de ces plateformes industrielles couvrira les besoins du secteur agricole en différents produits fertilisants et permettra l’exportation de l’excédent qui sera dégagé vers les marchés internationaux », a-t-on souligné. Le groupe Indorama Corporation, présent sur 4 continents et employant 14 000 personnes, est classé parmi les groupes internationaux dont la croissance est la plus forte dans le domaine de la pétrochimie et des fertilisants.

Ces accords de joint-ventures, établis selon la règle 51/49 %, ont été paraphés par les PDG des groupes Asmidal et Manal, Miloud Louhichi et Messaoud Houfani, et le PDG du groupe indonésien Indorama Corporation, Sri Prakach Lohia.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email