-- -- -- / -- -- --
Culture

Un concert à Cherchell de Nora Sari

Un concert à Cherchell de Nora Sari

Nora Sari est allée ce samedi dernier à Tlemcen pour y présenter son recueil de nouvelles Un concert à Cherchell, à la maison de la culture Abdelkader-Alloula où le lectorat la découvre pour la première fois.

Devant une assistance nombreuse, l’auteure Nora Sari de Un concert à Cherchell, son premier ouvrage de 366 pages édité par L’Harmattan, expose ces récits qui relèvent d’un retour aux sources, de son attention sur sa ville natale, convoquant sa mémoire sur l’intérieur d’une cité chargée d’histoire où « les demeures sont plantées dans un environnement coloré, riche, empreint d’une culture et d’un art de vivre existant bien avant l’occupation française et dont l’art culinaire et la musique arabo-andalouse constituent la clé de voûte ».

Dans son ensemble de quatre-vingt-huit nouvelles, l’écrivaine tend plutôt à une autobiographie, livrant son regard d’enfant, ses divers souvenirs liés à ses parents et à différents personnages qui constituent la mémoire de sa ville.

Dans sa première nouvelle, Dar El Hakem, l’enfant de Cherchell évoque des invités de marque, en particulier le cheikh Ahmed Ibnou Zekri, proviseur du lycée d’enseignement franco-musulman d’Alger, depuis les années 1920, où le père de Nora Sari a suivi sa scolarité.

C’est dans cet espace que Dahmane Benachour honorera le cheikh dans un concert de musique andalouse sous la direction d’El Hadj Medjber. Un concert décrit dans la dernière nouvelle de ce livre qui cite également les soirées musicales de cheikh Mahfoud initiées son père dans sa maison d’hôte. Et il y a aussi la vie des voisins et celle en général à Cherchell.

L’écrivaine rappellera également la pratique de traditions de la célébration du mawlid ennabaoui, des fêtes religieuses comme l’aid el fitr et l’aid el adha, les chansonnettes qui accompagnent certains rituels dont les mariages et certaines chansons d’escarpolette reprises par les petites filles. En somme, Un concert à Cherchell « rassemble un éventail de chroniques cherchelloises, vécues ou connues de l’auteur en 1952, année de ses sept ans ».

Un ouvrage qui se veut aussi comme une volonté de préserver tout le leg patrimonial immatériel hérité dans cette région d’Algérie et pour lequel l’auteure a fait d’énormes efforts pour le rassembler et le publier. Dans un style raffiné et dans une parfaite description, Nora Sari a réussi, de l’avis de l’assistance, son premier ouvrage qu’elle a écrit après une longue carrière d’enseignante et de journaliste dans une rubrique culturelle.

En bonne narratrice, l’invitée de ce jour là aura réussi à capter l’attention de la nombreuse assistance qui a trouvé beaucoup de plaisir à suivre la présentation de son œuvre, une première expérience d’écriture littéraire alliant amour du terroir, nostalgie, art et histoire.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email