-- -- -- / -- -- --
Sports

Un championnat controversé

Un championnat controversé

De l’avis des spécialistes, le championnat de Ligue 1 Mobilis saison 2014/2015 a marqué de son empreinte le championnat national par ses paradoxes et ses surprises, au point de susciter un intérêt particulier dans les milieux footballistiques. Un évènement inédit qui a donné lieu à une polémique sans précédent, tant au niveau local qu’à travers le monde.

Statistiquement parlant, l’ESS, couronnée championne d’Algérie lors de l’avant -dernière journée, a totalisé 48 points au terme de 30 journées à une longueur du MOB et à dix petites longueurs du dernier. En dehors de la saison écoulée, l’USMA a comptabilisé 68 points, avec une avance de 14 longueurs sur son dauphin, la JSK, 15 sur le troisième et 47 sur le dernier, à savoir Aïn Fakroun. Des chiffres assez révélateurs.

D’autres expliquent ce phénomène par un mouvement par le bas et une hiérarchie bousculée. Les grosses cylindrées ont en effet éprouvé toutes les peines du monde pour assurer le maintien, dont le champion sortant, l’USMA, car le verdict (pour le champion et les relégables) n’est tombé que lors des deux dernières journées.

Il y a aussi ceux qui trouvent que le niveau est faible, conséquence d’un recrutement tous azimuts, de l’instabilité récurrente du staff technique. Ils se montrent cependant étonnés par le nombre de clubs qualifiés pour la LDC. Tel est le constat concernant un championnat des plus curieux. Ces spécialistes suggèrent néanmoins une étude approfondie en se basant sur les statistiques de cette saison pour trouver les solutions adéquates afin de permettre au sport roi de rependre son envol.

Le second souffle de l’ESS, l’inexpérience du MOB

Cela dit, le bilan de la saison qui vient de se clôturer a été marqué par l’émergence du MOB, qui a réussi un parcours de champion mais au finish s’est fait coiffer au poteau par l’ESS. L’inexpérience des jeunes joueurs mobistes a prévalu au profit de l’Aigle Noir de Aïn Fouara, qui a bien négocié le dernier virage. Les Ententistes confirment leur statut de superchampion d’Afrique et leur couronnement, une juste récompense, est loin d’être usurpé.

Contrairement aux Crabes qui, après leur consécration en coupe d’Algérie, se sont laissés emporter par l’euphorie de cet évènement historique en concédant des points à domicile dans le sprint final. Il n’en demeure pas moins que les efforts des capés de l’entraîneur Amrani n’ont pas été vains puisqu’ils auront une excellente opportunité de se lancer dans l’aventure africaine avec une participation en C1.

Le MCO retrouve la compétition continentale

Le club phare de l’Ouest a connu durant des années des moments de stress et de suspens, les Hamtaoua luttant à chaque fin de saison pour leur survie parmi l’élite. Les changements opérés dans la direction du club et l’intronisation de l’ex-coach des Verts, en l’occurrence Jean Michel Cavalli, ont donné une autre dimension aux Rouge et Blanc, qui ont terminé l’exercice qui vient de s’achever sur le podium. Un retour au premier plan, qui permet à la formation d’El Bahia de participer à la coupe de la CAF quand bien même les statistiques sont paradoxaux.

Le CRB, l’USMH, l’ASMO : des satisfactions et des regrets

Le championnat de cette saison est énigmatique eu égard au bouleversement dans la hiérarchie puisque. Toutes les équipes pouvaient en effet terminer sur la plus haute marche du podium comme elles pouvaient descendre au palier inférieur. Mais lors du sprint final, des équipes comme l’ASMO, le CRB et l’USMH avaient de fortes chances de terminer sur le podium.

Le fait d’avoir mal négocié certaines rencontres, ces trois formations se sont retrouvées hors course, un bilan que les supporters et les responsables jugent satisfaisant. Ils expriment tout de même des regrets car il était possible d’arracher le sésame pour jouer une compétition continentale.

Le CSC, la JSK, l’USMA, le MCA : la grande désillusion
En revanche, des formations, considérées comme de grosses cylindrées sur la scène footballistique, à l’image du MCA, de l’USMA, de la JSK et du CSC, étaient annoncées en grande pompe comme favoris pour le sacre.

La réalité du terrain a de montré le contraire. Ces équipes, au lieu de se retrouver au sommet de la hiérarchie, éprouvaient de grosses difficultés à s’imposer. Pis encore, ces clubs se sont mis dans une situation peu enviable puisque, menacés par le spectre de la relégation, ont dû cravacher dur pour sauver leur saison. Leur maintien dans la cour des grands ne s’est dessiné que lors des dernières journées.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email