La manipulation et la fabrique de l’opinion par les sionistes  – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --
MENASahel

La manipulation et la fabrique de l’opinion par les sionistes 

La manipulation et la fabrique de l’opinion par les sionistes 

C’est désormais prouvé, Israël entretient la désinformation et l’infox pour désarticuler les opinions publiques de ses « ennemis ».

A travers un programme universitaire, Tel Aviv utilise quelque 400 étudiants qui travaillent avec 31 langues, dans un souci d’efficacité et d’audience, pour créer un contenu subversif, haineux et fallacieux pour jeter l’opprobre sur des mouvements de résistance, des pays et des personnalités. Les Fake news relayées par les médias occidentaux à l’occasion de l’actuelle agression israélienne contre la bande de Ghaza sont un exemple flagrant de cette entreprise de désinformation systématique et à grande échelle.

C’est au sein de l’Interdisciplinary Center (IDC), une université située à Herzliya, aux abords de Tel Aviv que ce programme a été mis en place depuis plus d’une décennie. Les 400 étudiants en question sont formés dans la création de contenu et de vidéos essentiellement des Reels sur YouTube ou TikTok pour être diffusés massivement via des comptes réels, de faux comptes ou des bots. A titre d’exemple, lors de l’affrontement entre la résistance palestinienne et l’armée d’occupation en 2012, les propagandistes de l’IDC ont pu toucher 62 millions de personnes, ciblées dans une soixantaine de pays à travers le monde.

Les principales cibles de l’IDC sont la résistance palestinienne (Hamas, Djihad islamique, FPLP, etc.), la résistance libanaise (le Hezbollah principalement), l’Iran, la Syrie, le mouvement des Houthis au Yémen, et l’Algérie. 

Quel est leur mode opératoire ? Il est simple. Il s’agit de prendre toutes les sources de la contradiction opérante et opérationnelle qui peut diviser une opinion publique. Par exemple : investir le champ de la rivalité sunnite-chiite, pour le public moyen-oriental, la diabolisation de l’Iran ainsi que le problème entre l’Algérie et le Maroc. La création de contenu et de vidéos montrant des dignitaires religieux sunnites se moquer des dogmes chiites et vice versa ou les sujets polémiques entre les Algériens et les Marocains sont également amplifiés afin d’exacerber les tensions, sont la marque de fabrique de cette entreprise de désinformation de grande ampleur. 

L’utilisation de plus d’une trentaine de langues confère à cette cellule de l’IDC permet justement une audience mondiale pour aboutir à une véritable campagne d’intoxication de dimension planétaire. A titre d’exemple, la comparaison systématique du mouvement de la résistance palestinienne Hamas avec le groupe terroriste DAECH. Et afin de légitimer davantage ce narratif, ces spin doctors ont fabriqué l’histoire invraisemblable des bébés décapités par le Hamas. 

La chronologie de ce mensonge d’Etat a commencé par l’affirmation d’un soldat colon extrémiste qui a déclaré dans une vidéo relayée par la plateforme X (Twitter) que des bébés ont été décapités dans une colonie près de Ghaza par les militants du Hamas. Aussitôt, cette histoire est reprise par Netanyahu en personne qui en parle, au téléphone, avec le président américain Joe Biden. Ce dernier fait sa déclaration officielle en accusant le Hamas de terrorisme et d’avoir perpétrer les pires atrocités, notamment l’affaire des bébés. 

Les médias internationaux s’emparent de l’affaire. Mais au fil des heures et des jours, la propagande mensongère israélienne ne résiste pas aux épreuves des faits et de la réalité. Des excuses en cascades et des démentis, y compris de la part de la Maison blanche attestant que le président ni son cabinet n’avaient vu de telles images.

Voilà donc la technique israélienne dans la fabrique de l’opinion publique internationale. La déformation des faits, l’accentuation des contradictions et la manipulation des opinions pour diaboliser certains et absoudre d’autres de leurs méfaits et crimes. La vulnérabilité est telle que certaines sociétés doivent se prémunir afin de ne pas tomber dans le piège de cette technique qui participe des guerres de 4ème génération.

 

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile ?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email