-- -- -- / -- -- --
Culture

Un bouquet d’artistes femmes font refleurir l’enluminure et la miniature

Un bouquet d’artistes femmes font refleurir l’enluminure et la miniature

Elles sont cinq artistes femmes à exposer leurs œuvres à la médiathèque Abane-Ramdane, rattachée à l’Etablissement arts et culture de la wilaya d’Alger. Baya Zemouche, Amel Daifallah, Farida Bach-Sias, Djamila Khermachou et Nadia Gharbi font refleurir la miniature et l’enluminure, arts aux mille feux de notre patrimoine ancestral.

Malika Nalouf, responsable de la médiathèque Abane-Ramdane, nous explique que « c’est dans le cadre du mois du patrimoine, en avançant toutefois sa date, que nous organisons cette magnifique exposition d’œuvres d’art dédiée à l’enluminure et la miniature, des piliers éternels de notre savoir-faire artistique ancestral ».
Et d’ajouter : « C’est un bouquet de cinq fleurs qui présente leurs tableaux, tous aussi éclatants que captivants. »

Ces cinq artistes femmes ont un point commun : leur passion pour l’enluminure et la miniature. Toutes sortent d’une même école, celle de la Société des beaux arts d’Alger, avec pour professeurs Mustapha Belkahla et Mustapha Belaribi.

« Je suis fière d’avoir fait mes premiers pas dans l’art de l’enluminure à la Société des beaux arts », confie Baya Zemouche, qui expose huit tableaux dans cette exposition collective. Nadia Gharbi maîtrise aussi bien l’enluminure et la miniature que la calligraphie. Elle participe régulièrement aux festivals internationaux d’Alger qui font rayonner ces trois arts chaque année.

Amel Daifallah est architecte de formation. Elle aussi ne manque jamais de participer aux festivals internationaux d’Alger, où elle a déjà obtenu un prix en enluminure en 2014.

Cette même année, Farida Bach-Sias avait reçu le deuxième prix. « J’ai été très fière de recevoir cette distinction dans un concours que dominaient des artistes de renommée mondiale », dit-elle. Cette talentueuse artiste veut faire encore mieux pour les prochaines éditions du festival, miroir annuel dans la création de ces arts ancestraux du patrimoine.

Même si Djamila Khemachou excelle dans la peinture, elle a choisi de s’orienter dans l’enluminure et la miniature, où elle semble trouver sa voie.
Une voie qui n’est pas facile car ce genre artistique demande, une très fine précision, une extrême justesse, une excellente observation, une délicatesse à toute épreuve et surtout une patience infinie.

Ces nobles attributs se retrouvent justement chez ces cinq jeunes artistes peintres dans leur œuvres. Il faut saluer leur volonté de perpétuer notre patrimoine ancestral, sans aucune attente de type commercial. Pour rappel, cette belle exposition collective se tient à la médiathèque Abane-Ramdane jusqu’au 22 du mois en cours.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email