-- -- -- / -- -- --
Nationale

Un Bac  « Covid-19 » exceptionnel

Un Bac  « Covid-19 » exceptionnel
Des candidats contaminés en quarantaine

Plus de 637 000 candidats passeront, ce dimanche 13 septembre, l’examen du baccalauréat, à travers le territoire national. Ministère, administrateurs, syndicats, enseignants et parents d’élèves  se sont mobilisés  pour réussir cet examen décisif, qui se déroulera cette année dans une conjoncture exceptionnelle marquée par la  pandémie.

Après une vingtaine de jours de cours de rattrapage et de révisions, depuis le 25 août 2020, l’heure du grand rendez-vous  pour les bacheliers a sonné. Le jour J est enfin arrivé. C’est le début des épreuves du bac session 2020 à compter d’aujourd’hui dimanche au 17 septembre. Un examen avec toutes les contraintes du Covid-19 et ses risques, et qui impose un protocole sanitaire durant tout le déroulement des épreuves. C’est un bac différent des autres qui s’annonce. Sans compter la grande rupture avec les établissements scolaires depuis la mi-mars, et qui a poussé les élèves et leurs parents à appréhender grandement ces épreuves.

Au total, un nombre global de 637 u553 candidats sont concernés par l’examen du Bac, dont 223 668 candidats libres et 413 870  candidats scolarisés. Il a été consacré 2261 centres d’examens pour ces épreuves, dont les résultats seront connus début octobre. Le dispositif de lutte contre la fraude comme les coupures de l’internet sera probablement reconduit, à  l’instar des années  précédentes.

Réussir l’examen ….un défi
Tous les efforts ont été  consacrés pour réussir l’examen du Bac, qui se déroulera cette année  dans des conditions exceptionnelles. Le ministre de l’éducation nationale, Mohamed Ouadjaout a multiplié les rencontres de concertation avec les 50 directeurs de l’éducation et les cadres du ministère, afin de rassurer sur l’efficacité et le respect du protocole sanitaire pour lutter contre la propagation du Covid-19. Ces rencontres ont servit aussi bien à contrôler les derniers préparatifs qu’à rassurer les parents d’élèves et les enseignants et autres fonctionnaires qui seront mobilisés pour encadrer le baccalauréat.

Dans ce  cadre, le ministre  a indiqué que son secteur tenait à accorder une attention particulière aux mesures de santé et de prévention, dans cette circonstance exceptionnelle que traverse le pays, afin d’assurer le bon déroulement de l’examen. Il a a tenu à assurer que « le ministère a pris toutes les mesures nécessaires pour réussir l’examen du bac ». Des mesures préventives prises dans le cadre du protocole sanitaire qui vise à rassurer les parents d’élèves et l’opinion publique. Malgré  les assurances du ministre, les syndicats du secteur restent sceptiques quant à  l’application du protocole sanitaire sur le terrain, d’autant plus que le nombre d’élèves est élevé, car chaque classe comprend 20 candidats, or le nombre ne devait pas dépasser 15 élèves au maximum.

A ce sujet, le président du Syndicat autonome des travailleurs de l’éducation (Satef),  M. Boualem Amoura, n’a pas caché son inquiétude concernant le déroulement de l’épreuve du Bac. « Pour le BEM, nous avons été à l’aise. Il n’y a pas beaucoup de candidats (l’examen est facultatif, Ndlr). Nous avons donc pu appliquer le protocole sanitaire à la lettre. Pour le baccalauréat, il y aura des problèmes. Nous aurons plus de 600 000 candidats », a-t-il indiqué.

Gars aux tricheurs…
Par ailleurs,  et pour cette session, le ministre de l’éducation a été catégorique et a mis en garde contre toute tentative de triche lors des épreuves, et a fortement condamné et criminalisé cet acte, passible de sévères sanctions administratives et judiciaires, selon le code pénal. « Tout candidat pris en flagrant délit de copiage sera non seulement immédiatement exclu et fera également objet de poursuites judiciaires », a-t-il avertit. Pour le premier responsable du secteur, le respect de l’éthique scolaire est un enjeu majeur qui touche à la fois à la crédibilité des examens et à la famille éducative , de façon générale.

Pour ce qui  est des sujets de l’examen du Bac, le ministre qui s’est voulu rassurant, a fait savoir que ces derniers ne concerneront que les cours enseignés au cours du premier et deuxième trimestres de l’année scolaire 2019/2020, comme cela était  le cas pour le Brevet d’enseignement moyen (BEM). En ce qui  concerne la prise en charge psychologique des candidats pendant l’examen, le ministère a prévu de consacrer une demi-heure avant chaque épreuve pour la préparation des candidats psychologiquement. Ainsi, en raison du contexte épidémiologique, les demi-heures entre 08 h et 08 h 30, 14 h 30 et 15 h seront dédiées pour rappeler les élèves à respecter les mesures de prévention, afin de passer les épreuves sans risque de contamination.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email