-- -- -- / -- -- --
Nationale

Un avocat attaque Saâdani pour avoir défendu Chakib Khelil

Un avocat attaque Saâdani pour avoir défendu Chakib Khelil

Les plaidoiries se sont poursuivies pour le 5e jour, hier, dans l’affaire Sonatrach 1 avec les interventions des avocats des ex-cadres et ex-fonctionnaires impliqués dans le scandale financier qui a causé un important préjudice matériel au Trésor public.

Parmi les avocats qui ont plaidé figurent, entre autres, Mes Chenaïf Fatma-Zohra, ex-magistrat au niveau du Conseil d’Etat, et Khodja Hamidi.

Ces derniers ont affirmé au juge que leur client Zenasni Ben Omar a sacrifié toute sa vie au service de la Sonatrach, pour recevoir en guise de reconnaissance une poursuite judiciaire en matière criminelle et pour des faits qu’il n’a jamais commis.

Me Chenaïf Fatma-Zohra a indiqué que le seul tort de son client, qui occupait le poste de vice-président chargé du gazoduc par canalisation, « est d’avoir fait gagner au Trésor public pas moins de 103 millions de dollars ».

Elle a déclaré que Khelil a donné de fermes directives au mis en cause Zenasni Ben Omar de ne pas annuler le marché de la GK3, en dépit de la concurrence manifestée par la Russie qui tenait énormément à prendre le projet en question.

L’avocate a dit que l’ex-premier responsable du secteur a, dans le même contexte, rédigé une lettre dans laquelle il a exigé de ses collaborateurs de maintenir Saipem contre versement de 15% qui représente 143 millions de dollars. Me Hamidi Khodja a par ailleurs souligné que c’est le ministre de l’Energie et des Mines qui devrait se constituer partie civile.

Il a en outre tenu à préciser que ni la Sonatrach ni le Trésor public n’ont le droit de demander des réparations matérielles, car les préjudices ne les ont pas touchés directement dans cette affaire qui a fait couler beaucoup d’encre dans la presse nationale.

Il a en outre déclaré que le parquet devrait poursuivre la Sonatrach en qualité de personne morale, c’est-à-dire en qualité d’administration, au lieu de déférer les cadres et les fonctionnaires devant le tribunal pour des faits qui ne les concernent ni de près ni de loin. L’avocat de la défense n’a pas caché son mécontentement quant aux déclarations faites par Amar Saâdani lorsqu’il a dit que Chakib Khelil est innocent dans cette affaire ! 

De son côté, l’avocat de l’ex-PDG de la Sonatrach Mohamed Meziane et de ses enfants Mohamed-Réda et Bachir-Fouzi, poursuivis pour plusieurs chefs d’inculpation, a dressé un dur réquisitoire contre la justice en clamant haut et fort que les tribunaux, censés notamment statuer en matière criminelle, nous ont habitués depuis années à ne pas citer les noms des ministres lorsqu’il s’agit d’affaires liées aux malversations. Il a estimé que l’affaire dans laquelle sont poursuivis les Meziane est montée de toutes pièces par les enquêteurs du DRS.

Il a insisté sur l’acquittement de ses clients, arguant dans le même volet que les principaux accusés n’ont jamais été inquiétés, notamment au niveau de l’instruction judiciaire qui, selon toujours le même avocat, a été orientée et bâclée en même temps .

Au moment où nous mettons sous presse, Me Mokrane Aït Larbi n’a pas encore plaidé dans ce procès qui entame aujourd’hui sa 22e journée. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email