-- -- -- / -- -- --
Nationale

Un acolyte d’Antar Zouabri à la barre

Un acolyte d’Antar Zouabri à la barre

C’est aujourd’hui que s’ouvre au tribunal criminel d’Alger, sauf report, le procès d’un terroriste impliqué dans plusieurs chefs d’inculpation, entre autres massacres collectifs, viols, enlèvements perpétrés au cours de la décennie noire qu’a traversée notre pays.

Il est reproché au mis en cause K. R., alias « Chouaieb », lequel a été arrêté le 5 novembre 2004 à la cité Ismaïl-Yefsah de Bab Ezzouar en possession d’armes de guerre qu’il dissimulait dans son appartement, d’avoir participé dans plusieurs attentats meurtriers dont l’attaque armée qui a coûté la vie à plus de 100 éléments des forces spéciales dans la localité de Ouled Slama.

L’inculpé est également poursuivi dans l’attentat terroriste qui a visé durant la même période des éléments de l’Armée nationale populaire. Lors de cette agression terroriste, pas moins de 50 militaires ont été sauvagement assassinés suite à l’explosion d’une bombe à la cité Mazouni, située à quelques encablures du centre-ville de Larbaâ.

Il est, par ailleurs, inculpé dans l’assassinat de huit personnes et l’enlèvement de deux jeunes filles après avoir dressé un faux barrage sur la route reliant Souhane à Tablat relevant du territoire de la wilaya de Médéa. Lors de cette opération, des citoyens ont été délestés de leurs papiers et argent et deux jeunes étudiantes ont été enlevées puis emmenées vers un endroit inconnu. L’incriminé est en outre impliqué dans l’assassinat de 15 autres citoyens dans la localité des Cinq mosquées située au centre de la ville de Boussekine.

Au cours de l’enquête préliminaire menée par des officiers de la police judiciaire du département des renseignements et de la sécurité (DRS) dépendant du ministère de la Défense nationale, le mis en cause a reconnu tous les faits qui lui ont été reprochés, allant jusqu’à affirmer avoir fait partie du groupe sanguinaire que dirigeait Antar Zouabri et participé dans presque tous les attentats meurtriers ayant touché, durant la période allant de 1994 à 1997, les forces combinées à travers plusieurs régions du centre du pays, notamment Alger, Blida, Médéa et Tipasa.

Il convient de signaler que le mis en cause a été entendu par le juge d’instruction français qui était en charge du lourd dossier des moines de Tibihrine, étant donné qu’il faisait partie du groupe terroriste qui activait dans les localités de Berrouaghia et Tablat dans la wilaya de Médéa. Il est à rappeler que l’affaire a été confiée au président de la 8e chambre pénale de la cour d’Alger, Hellali Tayeb.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email