-- -- -- / -- -- --
Nationale

UA: L’impact de la ZLECAF sur l’Algérie en question

UA: L’impact de la ZLECAF sur l’Algérie en question

Le ministre du Commerce, Saïd Djellab a pris part à la 8ème réunion des ministres du Commerce (AMOT) des Etats membres de l’Union africaine, à Addis-Abeba en Ethiopie.
La réunion s’inscrit dans le cadre de l’application de la feuille de route pour la finalisation des travaux en suspens en relation avec les négociations de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF). Cette zone de libre-échange sera d’un grand apport pour les échanges commerciaux algériens dans le continent africain.
Saïd Djellab a donc participé à cette réunion qui s’est tenue les 7 et 8 juin en cours, comme rapporté par l’Agence officielle qui cite un communiqué du ministère. L’ordre du jour de la réunion a consisté en l’adoption, par les ministres africains du Commerce, des résultats et des recommandations issues des travaux des organes de négociation de la ZLECAf, à savoir le Forum de négociation et les hauts fonctionnaires. Il est également attendu l’adoption des instruments techniques permettant le lancement effectif de la zone de libre-échange. Cette dernière, note-t-on, offre un espace très dynamique constitué d’un marché de plus de 1,2 milliard de personnes qui représente environ 2 500 milliards de dollars de PIB cumulé. Le sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement africains, au cours duquel il sera précédé au lancement de la phase de mise en œuvre de la ZLECAF, est quant à lui prévu pour le 7 juillet à Niamey (Niger). Les Etats membres de l’Union africaine signataires de l’accord portant création de la ZLECAF avaient, lors du sommet de Kigali tenu en mars 2018, donné un signal fort pour la consolidation et le renforcement des échanges commerciaux intra-africains. Le but étant la création d’un marché africain unique.
L’Algérie aura donc tout à gagner dans la mise en œuvre de la ZLECAF, d’autant que le pays a entrepris une démarche de diversification de son économie et, par ricochet, de ses exportations. L’Algérie aspire également à conquérir de nouveaux marchés, notamment africains, surtout que les produits algériens sont compétitifs sur ce marché continental. Cette zone de libre-échange représente donc un important potentiel pour l’Algérie, à l’effet de développer et d’intensifier son commerce avec l’Afrique, sachant que les échanges de l’Algérie avec les pays africains sont très faibles. L’année passée, le volume des échanges commerciaux de l’Algérie avec les pays africains était de 3,5 milliards de dollars, soit 1,3 milliard de dollars en termes d’importations (3% du total des importations algériennes) et 2,2 milliards de dollars en termes d’exportations (5 % du total des exportations algériennes), comme indiqué par Khaled Bouchelaghem, directeur général du commerce extérieur.
Les résultats des travaux de la réunion ministérielle seront soumis aux chefs d’Etat et de Gouvernements africains lors du Sommet extraordinaire à Niamey, ce qui constituera la fin de la première phase des négociations et le lancement officiel de la ZLECAf.
L. Aït Akli

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email