-- -- -- / -- -- --
Monde

Tunisie : Le nouveau gouvernement obtient la confiance du Parlement

Tunisie : Le nouveau gouvernement obtient la confiance du Parlement

Le Parlement tunisien a accordé jeudi sa confiance au gouvernement du Premier ministre désigné Habib Essid, une large coalition dominée par le vainqueur des élections Nidaa Tounès. Sur les 204 élus présents, 166 ont voté pour cette équipe qui a dû être remaniée après qu’une première mouture a été très critiquée, 30 contre et huit députés se sont abstenus. « Une majorité confortable », s’est félicité le président du Parlement Mohamed Ennaceur, membre de Nidaa Tounès, tandis que M. Essid remerciait les députés pour leur confiance.

« Notre devise au gouvernement sera d’abord le travail, ensuite le travail, et (…) rien d’autre que le travail », a-t-il promis. M. Essid, un « indépendant » choisi par Nidaa Tounès pour présider le gouvernement, a présenté lundi une équipe remaniée après l’abandon d’une première mouture du gouvernement face aux critiques notamment d’Ennahda, deuxième force au Parlement, et alors que Nidaa Tounès avec 86 députés devait former une coalition pour atteindre les 109 voix nécessaires au vote de confiance. La nouvelle équipe est dominée par Nidaa Tounès, le parti du président Béji Caïd Essebsi, qui obtient six portefeuilles dont celui des Affaires étrangères. 

Les ministères de l’Intérieur, de la Défense et de la Justice ont pour leur part été confiés à des indépendants. Ennahda a de son côté obtenu le portefeuille de l’Emploi et trois secrétariats d’Etat. Trois autres formations politiques sont représentées dans l’équipe gouvernementale : l’Union patriotique libre (16 députés), Afek Tounès (libéral, 8 élus) et le Front du salut national, une coalition ne comptant qu’un seul député.

Le Premier ministre Habib Essid était une figure du ministère de l’Intérieur. Ingénieur agricole de formation, Habib Essid a exercé plusieurs postes dans ce secteur d’activité avant de rejoindre la puissante institution.

De 1997 à 2000, sous Ben Ali, il dirigea le cabinet du ministre de l’Intérieur. Après la révolution, en mars 2011, il devient le patron de ce même ministère dans le gouvernement formé par Béji Caïd Essebsi. Après la victoire d’Ennahda aux élections de l’automne 2011, il est l’une des rares personnalités que le parti islamiste conservera auprès de lui. Le premier ministre nahdhaoui de l’époque, Hamadi Jebali, fait d’Habib Essid son conseiller aux affaires sécuritaires. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email