-- -- -- / -- -- --
Nationale

«Tu n’atteindras pas la Présidence sur notre dos»

«Tu n’atteindras pas la Présidence sur notre dos»

Ahmed Ouyahia, l’opposition et aujourd’hui Laksaci, le gouverneur de la Banque d’Algérie, le ministre des Finances Abderrahmane Benkhalfa, et le ministre de l’Agriculture Sid-Ahmed Ferroukhi. Tous ont fait les frais de la vindicte de Amar Saâdani, le SG du FLN hier lors de son passage à la Radio nationale.

Amar Saâdani ne mâche pas ses mots, et il l’a encore prouvé hier en distillant de petites piques à l’adresse de ses adversaires politiques. Le SG du FLN a fait d’Ahmed Ouyahia son adversaire n° 1. Leur inimité n’est un secret pour personne. Saâdani n’a apparemment pas de limites dans sa croisade contre les critiques vis-à-vis du régime et particulièrement contre le SG du RND, Ahmed Ouyahia.

Le leader de la première force politique veut le départ d’Ouyahia de la Présidence de la République dont il est le directeur de cabinet : « Vous voulez la réalité ? Les militants du FLN sont contre son maintien à la Présidence. S’il veut faire de la politique, qu’il le fasse au sein de son parti, le RND. S’il veut diriger une administration, qu’il choisisse un autre département. » Saâdani tire indistinctement sur tout ce qui bouge, dans sa paranoïa consistant à voir partout des ennemis de la Nation.

 A la veille du meeting à la Coupole, parrainé par son parti, il s’en est pris violemment à Ouyahia : « Ouyahia n’est pas honnête avec le Président (Bouteflika). Son objectif est d’être candidat à la présidentielle de 2019. Cette candidature ne se fera pas sur le dos du FLN et de ses militants.

Je n’ai pas à le suivre dans cette orientation. Et je ne ferai aucun pas à ses côtés. Ouyahia est parfaitement conscient de la position du SG du FLN par rapport à sa candidature. Il doit savoir que cet avis est partagé par tous les militants et cadres de mon parti. Je ne fais, en fait, que reproduire les opinions de la base », a-t-il dit.

Pour le SG du FLN, Ouyahia est plus qu’un fossoyeur. Il est le principal responsable de la banqueroute de l’économie nationale.
« Ouyahia avait géré à une époque les affaires du pays en qualité de ministre, Premier ministre ou chef de gouvernement. J’ai beaucoup de reproches à lui faire.

Quand on évoque la dissolution des entreprises, les détournements des deniers de l’État, il faut dire aussi que c’est bien Ouyahia qui dirigeait le gouvernement et qu’il doit assumer, de ce fait, une partie de la responsabilité. Idem pour l’emprisonnement des cadres. Dans le domaine économique, toutes les décisions prises à son époque ont paralysé l’économie nationale » dit-il.

Selon lui, si Ouyahia est maintenu à son poste c’est à cause de la conjoncture difficile que traverse le pays sur le plan financier et les menaces venant de l’extérieur du pays.

« Il est maintenu pour une conjoncture. Mais, encore une fois, franchement, nous sommes contre au FLN, mais on se soumet par respect à la volonté du Président Bouteflika », assène encore Saâdani qui accuse dans la foulée le gouverneur de la Banque d’Algérie Laksaci d’avoir trahi la confiance du Président Bouteflika : « Laksaci est l’une des catastrophes de l’économie nationale. Il est responsable de la dévaluation de la monnaie algérienne, il est en partie responsable de la situation économique dans le pays.

La Banque d’Algérie n’a jamais été gérée par Laksaci, mais par un général à la retraite. Nous ne sommes pas avec Laksaci puisqu’il a trahi la confiance du Président Bouteflika. Nous voulons qu’il démissionne ou que l’on mette fin à ses fonctions. » Des ministres du gouvernement Sellal ont également été la cible du SG du FLN.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email