-- -- -- / -- -- --
Culture

Trois voix quatre mouvements

Trois voix quatre mouvements

Ouverte dans la soirée de ce samedi 12 septembre, dans la grande salle Mustapha-Kateb du Théâtre national Mahieddine-Bachtarzi à Alger, la septième édition du Festival culturel international de musique symphonique verra l’Orchestre symphonique national sous la direction du maestro Amine Kouider et les ténors Benabdellah Yanis du Maroc), Lagha Hamadi de Tunisie et Ragaa Eldin d’Egypte.

Devant le nombreux public, l’Orchestre symphonique national algérien et les trois vocalistes ont présenté un répertoire d’œuvres de grands compositeurs de la musique universelle. Dès l’entame de la première partie, le ton est donné avec Carmen : Prélude, Aragonaise et Toréadors, une pièce de Georges Bizet, aux tonalités méditerranéennes et aux airs respirant l’Andalousie.

Les 81 musiciens de l’Orchestre, parmi lesquels des invités, issus des orchestres de différents pays participants au festival, ont ensuite soutenu Benabdellah Yanis, Lagha Hamadi et Ragaa Eldin, dans des interprétations empreintes de puissance vocale, de technique et de tessitures étendues.

Les pièces, Danse de Tarantelle de Gioachino Rossini, Tosca-E Lucevan Le Stelle de Giacomo Puccini, Torna a Surriento de Ernesto De Curtis, Rigoletto : Questa o Quella, La donna e Mobile et La Traviata-Brindisi Libiamo de Giuseppe Verdi, que O Sole Mio de O Sole Mia de Eduardo Di Capua sont rendues par les trois ténors, se succédant parfois et réunis dans d’autres.

L’assistance a pu apprécier les atmosphères relevées créées par la musique d’opéra sous la baguette d’un Amine Kouider bien inspiré, qui a donné de l’entrain à ses musiciens et aux spectateurs, avant d’annoncer la pièce Ya ardh Ajdadi, un retour aux sources longuement applaudi.

La Symphonie N° 4 en fa mineur de P.I.Tchaïkovski, exécutée dans ses quatre mouvements a marqué la deuxième partie de la soirée, mettant en valeur le pupitre des cuivres qui a donné de manière récurrente le thème, suivi d’interprétations en pizzicato (pincement des cordes), pour terminer de rendre le génie du compositeur russe dans la rapidité des envolées phrastiques en quadruples croches.

En présence des ministres des Affaires étrangères et de la Coopération internationale M. Ramtane Lamamra, de la Culture M. Azzedine Mihoubi et de la Jeunesse et des Sports M. El Hadi Ould Ali, les ambassadeurs et représentants diplomatiques accrédités à Alger des pays participants au festival, Amine Kouider et l’Orchestre ont offert au public, près de deux heures durant, des moments de bien être, à travers des œuvres célèbres inscrites au répertoire de la musique universelle.

Auparavant, le commissaire du festival et directeur de l’OSN, M. Abdelkader Bouazzara a donné lecture au texte inaugurant officiellement, « au nom du ministre de la Culture », l’ouverture du Festival, notant au passage, que celui-ci « s’est bien ancré, parmi les plus grands festivals du genre dans le monde entier ». Dix neuf pays dont la Tunisie comme invité d’honneur, participent à cette septième édition qui se poursuit jusqu’au samedi 19 septembre.
 

AU PROGRAMME DU JOUR

France : Sous la direction de Vincent Monteil, l’Orchestre Lamoureux, composé de 89 musiciens titulaires, offre aujourd’hui, lundi 14 septembre, dès 19h, au Théâtre national algérien Mahiedine-Bachtarzi à Alger, des pièces du répertoire de Wolfgand Amadeus Mozart : Bastien et Bastienne, 3e concerto pour violon, 3. Symphonie n°25.
Italie : Duo de piano Amato-Luporini. Dans leur concert de piano à quatre mains, les deux musiciennes Francesca Amato et Orietta Luporini proposent un programme en quarte parties : des pièces de A. Buzzi Peccia, O. Respighi, A. Casella, S. Cafaro.
Belgique : Trio : Daniel Thonnard au piano accompagne les deux sopranos Amélia Jardon et Julie Mossay.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email