-- -- -- / -- -- --
Monde

Trois policiers tués au Caire et à Minya

Trois policiers tués au Caire et à Minya

Un démineur de la police égyptienne a été tué hier au Caire en tentant de désamorcer une bombe devant une station-service proche d’un poste de police, ont indiqué des officiers.

L’attentat est survenu dans le quartier fréquenté de Giza, dans l’ouest de la capitale égyptienne. Une vidéo sur le site internet du quotidien égyptien Al-Youm Al-Sabah montre le démineur de dos, dans sa tenue de protection, en train de tenter de désamorcer un engin qu’il tient dans la main quand l’explosion le projette violemment en arrière.

La déflagration a tué ce capitaine de police et a blessé trois employés de la station-service, ont indiqué des officiers de police sous couvert de l’anonymat. La bombe était dissimulée dans un po en bordure de la route, selon les mêmes sources.

Le groupe djihadiste Ajnad Misr, qui a déjà revendiqué de nombreuses attaques visant la police au Caire, a assuré sur son compte Twitter qu’il avait dissimulé cette bombe.

Quelques heures plus tôt, deux policiers avaient été tués à proximité d’une église copte, à Minya, dans le centre de l’Egypte. Selon un responsable de la sécurité à Minya, qui a requis l’anonymat, les deux policiers étaient chargés de la protection de l’église, mais Hani Abdel Latif, porte-parole du ministère de l’intérieur, a assuré que cette dernière était loin du lieu de l’attaque.

Cette année, le Noël copte tombe aujourd’hui, et les mesures de sécurité sont traditionnellement renforcées aux abords des églises à cette occasion. Les coptes représentent autour de 10 % des 85 millions d’Egyptiens.

La province de Minya avait été le théâtre de violences visant cette minorité chrétienne après la destitution du président Mohamed Morsi, en juillet 2013. Un certain nombre d’églises et de biens de la communauté copte ont été incendiés et détruits dans le sud du pays.

Les Frères musulmans, dont est membre Mohamed Morsi, avaient à l’époque assuré n’avoir rien à voir avec les attaques visant les coptes et avaient accusé l’armée de brandir le prétexte de ces actes pour justifier la répression menée contre la confrérie musulmane.
L’Egypte est le théâtre de nombreux attentats et attaques visant policiers et militaires depuis la destitution du président islamiste Mohamed Morsi en juillet 2013 par l’armée.

La plupart sont revendiqués par des groupes djihadistes disant agir en représailles à la sanglante répression qui s’est abattue depuis sur les partisans de Mohamed Morsi. Selon le gouvernement, plus de 500 policiers et soldats ont été tués dans des attaques depuis un an et demi.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email