-- -- -- / -- -- --
Culture

Trois Français quatre Algériens

Trois Français quatre Algériens

La huitième édition du Festival international de bande dessinée d’Alger a fermé ses portes, ce samedi 10 octobre, à l’esplanade de Riadh El Feth, après la remise des prix aux concours nationaux et internationaux.

Bediédéistes algériens et français se sont partagé les prix du concours international des professionnels, au terme de la huitième édition du Festival international de bande dessinée d’Alger, animée, cinq jours durant, sous le slogan « Dis le moi en bulles » et marquée par les deux expositions de la Corée du Sud et celle de L’Afrique en partage.

Sur une cinquantaine d’œuvres, toutes catégories confondues, proposées cette année, La lune est blanche de François et Emmanuel Lepage de France se distinguera, décrochant le Prix spécial du jury (aucune récompense financière).

Un jury international, présidé par l’auteur français Philippe Brocard et assisté notamment de Redouane Assari et Massiré Toukara , qui a également décerné un prix au Français Julien Revenu pour Ligne B, dans la catégorie Meilleur album (120.000DA). Une autre œuvre française a reçu le prix du Meilleur album collectif (80 000 DA) : Jules et romane Web trip. Les quatre algériens primés ont, eux, honoré le continent africain en obtenant des prix qui dénotent un avenir meilleur dans l’exercice du 9e art.

Le prix du Meilleur projet (70 000 DA) sera attribué à Gris de Mebarki Toufik, celui du Meilleur album jeunesse (80 000 DA) à Les docks de Kandouli Khaled. Au sujet du manga, elle a dominé les œuvres d’Algérie lors de cette édition, ce qui est prévisible en raison de l’ampleur prise de cette catégorie ces dernières années en Algérie.

Le prix reviendra au mangaka Sofiane Belaskri pour son œuvre Demain inchallah (80 000 DA). Le jury a alors relevé la « grande évolution et la dynamique que connait la publication de mangas en Algérie ».

De son côté, l’album Freelestine sera consacré Meilleur fanzine (80 000 DA). Une « autoédition » initiée par Togui (alias Samir Toudji) et signée de huit autres auteurs : Nawel Louerrad, Khawla Houria Kouza, Amine Siamer, Chafik Rouag, Dalia Sihmad, Sofiane Belaskri, Somar & Zaki Sallama. Un journal collectif qui est dédié à la Palestine et dans lequel chaque dessinateur et/ou illustrateur livre son opinion pour la libération du peuple palestinien. 

D’un autre côté, les concours nationaux dont le jury est présidé par l’artiste Jaoudet Gassouma s’achèveront avec la caractéristique suivante : le nombre généreux des mentions du jury attribuées à de jeunes dessinateurs pour les encourager. Le prix de l’originalité est revenu à Nesrine Aboura, celui du scénario à Daoud Ibrahim, celui du dessin accordé à Yazid Torchi.

Les jeunes dessinateurs Kawther Touahria et Racim Bey Benyahia ont, eux, reçu respectivement les prix du meilleur espoir scolaire et celui du meilleur jeune talent. Les deuxième et troisième prix du concours jeune talent seront respectivement remis à Mohamed Reda Bari et Nadjib Laïb, les deux autres prix de la catégorie espoir scolaire sont revenus à Yasmine Aboura et Tarek Meddahi.

Le rendez-vous est déjà donné pour l’an prochain, en particulier pour les passionnés du Cosplay (concours de déguisement) qui prend de plus en plus une allure populaire. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email