-- -- -- / -- -- --
Nationale

TRIPARTITE : Une date, un lieu, mais pas d’ordre du jour

TRIPARTITE : Une date, un lieu, mais pas d’ordre du jour

La réunion préparatoire de la prochaine tripartite a eu lieu hier au palais du Gouvernement sous la présidence du Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, en présence des présidents des organisations patronales, du secrétaire général de la Centrale syndicale ainsi que des partenaires qui ont signé en février 2014 le Pacte national économique et social de croissance.

C’est ainsi que la date et le lieu de la tripartite ont été révélés. Elle aura lieu le 23 septembre prochain à Ghardaïa, dans le sud du pays, six mois après celle d’Annaba. Seul l’ordre du jour de cette rencontre n’a pas encore été défini.

Selon le Premier ministre, le gouvernement a invité les parties prenantes à la prochaine tripartite à soumettre leurs propositions avant la fin du mois d’août. Il est donc attendu du patronat et de l’UGTA de donner leurs avis et de proposer des points à l’ordre du jour, notamment sur des questions non encore tranchées ou laissées en suspens.

Cependant, M. Tebboune a souligné que cette tripartite traitera « obligatoirement » des bilans des actions engagées pour évaluation, ainsi que de « l’actualité économique et les futures actions à entreprendre, de part et d’autre, pour une nouvelle démarche économique ».

Expliquant le choix de la wilaya de Ghardaïa, le Premier ministre a souligné qu’il est « judicieux » et que c’est une région du Sud qui dispose de « nombreux et très honnêtes investisseurs ».

Pour lui, cette région mérite tous les encouragements, d’autant plus qu’il s’agit d’une « zone qu’on devrait revoir » dans le cadre de l’aménagement du territoire. « Entre Ghardaïa, El-Ménéa et Laghouat, c’est à Ghardaïa qu’on peut recentrer le développement économique de la région car il y a de l’espace, de l’eau et beaucoup d’autres atouts « , a expliqué M. Tebboune, qui a annoncé dans la foulée que cette région sera revue prochainement dans le plan d’aménagement du territoire.

Concernant la rentrée sociale, Tebboune a estimé qu’elle « sera correcte, calme et sans problèmes « Il a indiqué, par la même occasion, que « des gens tentent de noircir la situation financière du pays à des Algériens, alors que l’Etat n’a pas recouru à l’endettement et que les projets sont toujours en cours de réalisation, notamment ceux de l’enseignement, la santé, le logement, ainsi que la prise en charge sociale qui sont intouchables ».

Répondant indirectement aux récentes polémiques, Tebboune a souligné que le patronat « constitue pour le gouvernement un partenaire indissociable dans la croissance économique », saluant le rôle « stabilisateur » que joue l’UGTA au sein du monde de travail.

Le Premier ministre a salué également les entreprises publiques et privées pour « les efforts consentis en vue de créer de la richesse », estimant que « seule l’entreprise est en mesure de générer cette richesse ».

M. Tebboune, qui a relevé l’importance de la stabilité dans tout processus de développement économique, a mis en évidence le fait que l’économie nationale « a pu résister malgré la chute des recettes pétrolières », affirmant que « la souveraineté de l’Algérie, qui est totale, ne peut être hypothéquée par quoi que ce soit ».

Signalons que le Premier ministre n’a fait aucune référence au modèle économique lancé par son prédécesseur, M. Sellal, et aux dossiers les plus chauds qui seraient susceptibles d’être examinés lors de cette tripartite.

Le 23 septembre, date de la tenue de cette tripartite, précède un autre évènement politique d’envergure que veut organiser le gouvernement Tebboune, à savoir une conférence de dialogue national avec les partis politiques, les organisations syndicales, les ONG, le patronat, ainsi que des experts en économie, en sociologie et des universitaires du monde économique et financier.

Rappelons que les signataires du Pacte national économique et social de croissance ont été le gouvernement, l’UGTA, la Confédération générale des entreprises algériennes, le Forum des chefs d’entreprises, l’Union nationale des entrepreneurs publics, la Confédération nationale du patronat algérien, la Confédération des industriels et des producteurs algériens, la Confédération algérienne du patronat, I’Union nationale des investisseurs, la Confédération générale du Patronat-BTPH et enfin l’Assemblée générale des entrepreneurs algériens.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email