-- -- -- / -- -- --
Nationale

Tribunal criminel d’Alger : Plus de 250 affaires programmées

Tribunal criminel d’Alger : Plus de 250 affaires programmées

La première session criminelle de l’année 2016 du tribunal criminel d’Alger débutera aujourd’hui au siège de la cour d’Alger, sis à la rue Fernane-Hanafi (Ruisseau).

Le président de la cour d’Alger, Abdi Benyounès, installé le 12 octobre 2014, par le premier responsable du secteur de la Justice, Tayeb Louh en remplacement de l’ex-président Brahimi Slimane, qui a rejoint l’Ecole supérieure de la magistrature où il enseigne, a désigné après consultation du nouveau procureur général en la personne de Brahmi El Hachemi, installé dans ses fonctions le 28 septembre 2015 , pas moins de dix présidents de chambres au niveau de cette juridiction pour statuer dans pas moins de deux cent cinquante affaires criminelles.

Lors de cette session qui s’étalera jusqu’à fin mai prochain, le tribunal criminel traitera plusieurs affaires liées aux crimes corporels commis dans le cadre du droit commun et celles relatives au terrorisme et atteinte à l’économie nationale.

Parmi les affaires du droit commun qui seront traitées au cours de cette session, figurent notamment les affaires liées aux homicides volontaires avec préméditation et aux guet-apens, les homicides involontaires et aux coups et blessures ayant entraîné les amputations d’organes.

Pour ce qui est des affaires liées aux mœurs, le même tribunal jugera une trentaine d’affaires d’attentats à la pudeur et aux mœurs, et dans lesquelles sont poursuivis des repris de justice et des primaires qui n’ont jamais eu de problèmes d’ordre judiciaire.

En ce qui concerne les affaires liées au terrorisme, le tribunal criminel d’Alger contrairement aux précédentes sessions statuera dans une dizaine de procès dans lesquels sont impliqués des ex-terroristes notamment des repentis.

Ces derniers sont poursuivis pour plusieurs chefs d’inculpation, entre autre appartenance à des groupes armés ayant pour objectifs de déstabiliser la sécurité de l’Etat, créer un climat d’insécurité au sein des populations et commettre des attentats sanglants par le dépôt d’engins explosifs.

Le même tribunal examinera les affaires liées aux crimes économiques et dans lesquelles sont inculpés des anciens cadres et fonctionnaires ayant occupé des postes de responsabilité au sein des entreprises étatiques et privées, à l’instar des banques. 

Les mis en cause sont poursuivis pour détournements et dilapidations de deniers publics, faux et usage de faux dans des documents bancaires et comptables et aux négligences manifestes ayant conduit à la perte de sommes faramineuses.
Il convient de rappeler que le tirage au sort des membres du jury s’est effectué en février dernier au siège de la cour d’Alger.

Deux femmes ont été maintenues dans la composition des membres du jury qui participeront aux jugements de pas moins de 127 accusés.

Plusieurs affaires parmi celles qui seront traitées lors de cette session, reviennent après que les deux chambres criminelles de la Cour suprême aient accepté les pourvois en cassation introduits que ce soit par le parquet général ou par les avocats de la défense. 

Le programme affiché dans le hall du Palais de la justice comprend pas moins de 67 affaires alors que le programme complémentaire comprend pas moins de 250 autres affaires. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email