Transition numérique : Un « saut qualitatif » réalisé par l’université – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --
Nationale

Transition numérique : Un « saut qualitatif » réalisé par l’université

La Coordination nationale des enseignants de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, relevant du Syndicat national des personnels de l’administration publique (SNAPAP), s’est félicitée du saut qualitatif qu’a connu l’université algérienne, notamment en matière de transition numérique et en atteignant l’objectif de « zéro papier », initié par le ministère de l’Enseignement supérieur.

Ce saut qualitatif évoqué par le syndicat s’est manifesté à travers « de grands pas » franchis en termes de numérisation du secteur, a indiqué la coordination dans un communiqué, soulignant que l’enseignement supérieur a réalisé d’énormes progrès, après avoir entamé sa transition numérique dans plusieurs axes liés à la recherche scientifique et à l’activité pédagogique.

L’organisation syndicale a estimé que l’introduction de la numérisation dans le secteur permettra de réaliser plus d’économies dans l’utilisation du papier et apportera de la transparence et de la clarté dans plusieurs domaines.

Outre la numérisation du secteur, la Coordination des enseignants de l’enseignement supérieur a fait savoir que le ministère œuvre à accomplir des partenariats solides dans le cadre des opérations de jumelage entre les universités algériennes et d’autres universités étrangères.

« Compte tenu des enjeux actuels et des efforts consentis, le ministère de tutelle a mis l’accent sur l’importance d’élargir le champ devant les universités algériennes à travers l’accomplissement de plusieurs accords de jumelage. Ces accords permettront d’accentuer les échanges en matière de compétences, de chercheurs et d’enseignants, ainsi que l’organisation de séminaires et de rencontres de haut niveau, créant ainsi de la richesse et de la valeur ajoutée », a indiqué le communiqué de la coordination, soulignant que cette procédure permettra l’avancement du secteur de l’enseignement supérieur et la construction d’une Algérie nouvelle.

La coordination a également tenu à évoquer d’autres projets « fructueux » à la hauteur des ambitions de l’université algérienne, à l’instar du projet « Etudiant 5 étoiles », « la Maison de l’entrepreneuriat » et la création d’« incubateurs » au sein des universités. Elle a également mis l’accent sur l’ouverture internationale en matière d’attraction des étudiants internationaux pour étudier dans les institutions universitaires algériennes, et ce à travers la mise en place du projet « Etudier en Algérie ».  

Par ailleurs, la Coordination des enseignants de l’enseignement supérieur s’est félicitée de l’adoption de l’anglais, qui mettra l’université algérienne sur la voie de l’ouverture mondiale. « L’introduction de la langue anglaise au sein de l’université algérienne est une initiative fort louable. C’est une avancée pour l’Algérie en vue de l’intégration des universités du pays dans les classements internationaux », lit-on dans le communiqué.

La coordination a également salué la décision, première du genre, du ministère de l’Enseignement supérieur d’ouvrir les portes de l’université et de ses structures pédagogiques aux étudiants et aux professeurs jusqu’à 22 h.

« L’objectif est d’offrir aux étudiants des horaires d’accès étendus pour les cours, les laboratoires de recherche, les bibliothèques et les centres intensifs d’apprentissage des langues étrangères (CEIL). Cette initiative vise à mieux répondre aux besoins des étudiants, à améliorer leur expérience universitaire et à fournir des conditions appropriées pour faciliter le travail académique avec précision et confort », indique la coordination.

Pour la Coordination des enseignants de l’enseignement supérieur, tous ces indicateurs témoignent de « la réussite de l’université algérienne et du secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique à décrocher une position de premier plan au niveau mondial dans un futur proche, grâce à l’esprit scientifique et patriotique du premier responsable du secteur ».

Il convient de souligner que le l’Etat a accordé une grande importance à la numérisation dans le secteur de l’enseignement supérieur à travers l’élaboration du plan de numérisation du secteur qui s’étend de novembre 2022 à décembre 2024.

Ce plan vise à généraliser l’usage de la numérisation à travers sept axes : la numérisation de la formation des enseignants, des offres de formation, de la gestion des étudiants, des activités de recherche, des infrastructures permanentes, de l’administration et des échanges universitaires nationaux et internationaux.

 

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile ?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email