-- -- -- / -- -- --
Energies

Transition énergétique: A quand la concrétisation d’un projet solide ?

Transition énergétique: A quand la concrétisation d’un projet solide  ?

En dépit des grands atouts naturels en matière d’énergie solaire dont dispose l’Algérie, notamment en qualité d’ensoleillement tout au long de l’année dans les régions du sud du pays, l’absence de stratégie nationale et d’une vision à long terme dans le domaine barrent la route aux grands investissements étrangers, nécessitant un engagement réel des autorités algériennes.

Après «les grands ratages » des gouvernements successifs depuis une dizaine d’année pour le lancement d’un seul projet d’envergure en matière d’énergie solaire, et l’absence d’une vision global retraçant les objectifs définitifs à atteindre, les investisseurs étrangers dans ce domaine, sont de plus en plus réticents quant à un engagement direct en Algérie.

Relever le défi de passer à l’énergie verte nécessite la mise en place d’une stratégie nationale équilibrée fixant des objectifs durables et concrets et une feuille de route  définitive, engagent l’Etat Algérien, afin d’éviter de tomber dans les mêmes erreurs du passé, où l’arrivée d’un nouveau ministre ballais d’un revers de main tous les  projets et tous les engagements de son prédécesseur.

L’Algérie, qui accuse un énorme retard en la matière, surtout si les autorités tablent sur l’hydrogène vert pour l’horizon de 2030, doit impérativement accélérer le pas, d’abord pour trancher sur le type de projets à mettre en place, à savoir des grands projets photovoltaïques, comme le conseillent les spécialistes, ou se doter de projets de moindre envergure, dans l’absence d’investissements étrangers réels, garantissant la souveraineté et les intérêts nationaux.

En dépit des 3.600 heures d’ensoleillement dont elle bénéficie annuellement, l’Algérie reste dépendante des énergies fossiles, consommant seulement 1,8% d’énergies renouvelables, alors que la production de ce type d’énergie a augmenté en Afrique du Nord de 40% durant la dernière décennie, selon les données de l’Agence internationale de l’énergie (IEA).

Ce taux insignifiant reflète le faible rythme de développement d’un secteur très sensible et créateur de richesse, qui peut mettre terme à la dépendance de l’Algérie aux hydrocarbures.

Plusieurs pays arabes ont commencé à concrétiser leurs projets d’énergies vertes, à l’instar de l’Egypte qui ambitionne de produire d’ici 2035, 42% de son électricité d’énergies renouvelables grâce au méga projet solaire « Benban ». Un projet de 4 milliards de dollars, financé partiellement par la Banque mondiale.   

Pour le cas de l’Algérie, plusieurs experts estiment que les « micros projets » ne parviendront pas à couvrir certains besoins énergivores des grandes villes, telles que Alger, Oran ou Sétif,  surtout durant l’été, où des pics de consommation d’électricité sont fréquemment enregistrés.

Devenir l’un des pionniers de l’énergie verte dans le monde, oblige la concrétisation, et sans attendre, d’un mégaprojet intégré pour assurer la production des 4 GW, fixée pour 2024. L’Algérie doit également chercher un partenaire sérieux qui lui permette de financer ce projet ambitieux et lui garantisse surtout une technologie de pointe pour atteindre une totale autonomie dans ce domaine.

Le retard qu’accuse l’Algérie dans ce domaine menace les opportunités qui se présentent actuellement de conclure des marchés pour l’exportation de cette énergie propre. Car, il ne suffit pas seulement de construire des centrales, mais aussi de planifier et réaliser un nouveau réseau moderne de transport électrique et la construction de lignes de transmission modernes et de sous-stations.

Si les autorités du pays veulent réussir la transition énergétique notamment vers l’hydrogène vert, au moment où une véritable course est menée par plusieurs pays du voisinage pour avoir le monopole dans ce domaine, ils doivent réagir sans tarder, car le solaire, qui tarde à venir,  n’est qu’une plate-forme de démarrage, alors que la vraie transition énergétique consiste en le passage du pétrole vers l’hydrogène vert.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email