-- -- -- / -- -- --
Nationale

Trafic de faux billets de banque: Le dinar mal protégé

Trafic de faux billets de banque: Le dinar mal protégé

Le démantèlement quasi quotidien des réseaux de trafic de faux billets par les services de sécurité, indique que le phénomène de la contrefaçon des billetsprend de l’ampleur, dont les conséquences peuvent être très fâcheuses sur l’économie nationale.

Il ne se passe pas une semaine sans que la police ne mette hors d’état de nuire un réseau de trafic de fausse monnaie. Un communiqué de la sureté de wilaya d’Alger a fait savoir aujourd’hui que la semaine dernière, la police judiciaire de Rouïba, a démantelé unebande composée de cinq trafiquants en possession d’unegrosse quantité de billets de banque de 500 DA falsifiés.Selon la même source, ces trafiquants de faux billets avaient un « laboratoire » à Reghaïa et faisaient écouler les billets partout.Après des investigations sur place, les éléments de police judicaires ont procédé à l’arrestation de deux individus en possession de 20 billets de banque de 500 DA avec le même numéro de série.

Les investigations menées par la police ont permis de remonter aux autres membres de la bande.Munis d’un mandat de perquisition, les policiers ont procédé à la perquisition des domiciles des suspects, ceux qui a permis la saisie de quinze mille cinq cents dinars en coupures de 500 DA falsifiés, trois ordinateurs, quatre stylos spéciaux de falsification, un coupe-papier et une imprimante laser.Le communiqué a fait savoir que les cinq membres de cette bande ont été présentés jeudi dernier devant le procureur de la république près le tribunal de Rouïba qui a ordonné leur mise en détention préventive. Depuis le début de l’année pas moins de 100 réseaux spécialisés dans le trafic de faux billets de banque de 500, 1.000 et 2.000 DA ont été démantelés.D’après des experts contactés par le Jeune Indépendant la propagation de ce phénomène est due essentiellement à la faiblesse du système bancaire algérien, « le dinar algérien n’est pas bien sécurisé, il compte 05 mesures de sécurité alors que l’Euro par exemple compte 10 mesures », a expliqué un expert banquier.Selon lui l’un des moyens les plus efficaces pour mettre fin à ce trafic sinon le réduire est de limiter au maximum le recours au cash et de le substituer par la monétique (carte bancaire) etd’autres mécanismes de paiements adoptés dans le reste des pays du monde. Il a expliqué la circulation du cache favorise le trafic des faux billets et surtout la corruption. « La masse énorme de billets de banque en circulation en Algérie est un terrain propice à tous les trafics, les dépassements et la corruption », a estimé un autre expert qui a ajouté que « la suppression définitive des transactions par cash au-delà d’une certaine somme, peut aider à éradiquer ce phénomène » rappelant les transactions immobilières qui se font par cash en millions de dinars et souvent devant des notaires.

Aux Etats Unis d’Amérique, les retraits desomme de plus 1 000 dollars éveillent les suspicions des banquiers alors qu’en Algérie les retraits cash atteignent les centaines de milliers de dinars.« La circulation d’autant de cash en Algérie est le signe que la corruption est aussi phénoménale », a-t-il dit. Pour rappel, en 2011 la police financière italienne (GDF) a démantelé un réseau international de trafic de faux billets algériens. La GDF a saisi à Naples (sud de l’Italie) une imprimerie clandestine dans laquelleétaient imprimés des faux dinars algériens d’une valeur totale d’environ 3,5 millions d’euros

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email