Tournée de Poutine dans le Golfe: La Russie déconstruit la stratégie occidentale – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --
Monde

Tournée de Poutine dans le Golfe: La Russie déconstruit la stratégie occidentale

Tournée de Poutine dans le Golfe: La Russie déconstruit la stratégie occidentale

Le dernier déplacement du président russe Vladimir Poutine aux Emirats arabes unis et en Arabie Saoudite démontre à tous ceux qui en doutaient que la loi de l’Occident ne peut pas être considérée comme une règle universelle. Les pays émergents prouvent que la justice est loin d’être l’apanage de l’Occident intégral.

En se rendant à Abou Dhabi et à Riyad, la première visite de Vladimir Poutine dans ces pays depuis quatre ans, le président russe jette les fondements de convergences qui dépassent de loin la vision d’une minorité et qui veux l’imposer à la majorité.

En accueillant à bras ouverts le président russe, le 6 décembre dernier, les Emirats et l’Arabie Saoudite privilégient leurs intérêts nationaux à ceux des Etats-Unis et des pays anglo-saxons. Exit le mandat d’arrêt émis par le TPI à l’encontre de Vladimir Poutine, les deux pays du Golfe insistent pour faire passer les affaires et le bon sens avant les lois édictées par l’Occident intégral.

L’opération spéciale russe en Ukraine n’étant qu’un problème de voisinage entre deux pays européens, Abou Dhabi et Riyad confirment ainsi que rien ne sert de servir de faire valoir pour servir les intérêts d’autrui à leurs dépens.

D’ailleurs, Russie, Arabie Saoudite et Emirats arabes unis coopèrent au sein de l’Opep+ et œuvrent à la stabilisation des cours du pétrole et du gaz. Le rapprochement entre ces trois pays se confirment d’année en année et abouti à des convergences intéressantes sur les questions énergétiques, commerciales et diplomatiques.

À Abou Dhabi, l’état et les perspectives de partenariats entre la Russie et les Émirats arabes unis, ainsi que l’agenda international, avec un focus sur la situation au Proche-Orient, ont été à l’ordre du jour.

A Riyad, la discussion a porté sur la coopération bilatérale dans les domaines de commerce, d’économie et d’investissements.

L’agenda régional et international ont également été au menu des entretiens entre Poutine et son hôte le prince héritier Mohamed Ben Salman.

La situation du marché pétrolier a aussi été évoquée lors des deux rendez-vous. Considérés comme des puissances énergétiques agissantes sur le marché pétrolier et gazier, les trois pays ont amorcé depuis des années un dialogue constructif au sein de l’Opep+, notamment après le sommet d’Alger en septembre 2016.

La stabilisation des prix notamment après le refus saoudien d’inonder le marché pétrolier suite aux sanctions occidentales contre la Russie renseigne du niveau de concertation entre Moscou et Riyad. Une façon de rappeler à Washington qu’il n’est pas le seul acteur sur la scène mondiale.

Idem pour les Emirats arabes unis qui sont de loin le premier partenaire commercial de la Russie dans le monde arabe. D’ailleurs, selon le président Poutine, « la coopération économique et industrielle avec les Émirats arabes unis se développe substantiellement ». Suite à quoi, le président émirati a déclaré que « les investissements émiratis dans le secteur pétrolier russe ont augmenté de 103% depuis un an ».

Et il n’est pas étonnant de voir Dubaï attirer les capitaux russes en quête de placement et d’investissement suite aux sanctions occidentales. Ce qui draine les touristes russes qui préfèrent la destination émiratie. « Moscou et

Abou Dhabi accordent une attention particulière à leurs liens humains. Près d’un million de touristes russes se sont rendus aux EAU l’année dernière, une école russe a été ouverte dans le pays », a tenu à souligner Vladimir Poutine.

Mise dans une perspective plus large, la tournée de Poutine dans le Golfe arabo-persique est à inscrire dans une dynamique de raffermissement des liens entre les pays émergents, désormais tous trois membres des BRICS, dont la Russie assume la présidence tournante durant l’année 2024. L’indépendance décisionnelle saoudienne et émiratie est importante pour les Russes, ainsi que leurs poids sur les scènes régionales et internationales. Pour leurs part, Saoudiens et Emiratis comptent sur l’appui de la Russie pour s’affirmer davantage sur le plan diplomatique.

En bon joueur d’échecs, Vladimir Poutine avance ses pions d’une manière réfléchie et s’impose comme un interlocuteur incontournable dans la résolution des conflits dans la région. D’où la nécessité de bâtir des ponts entre la Russie et ses partenaires du Moyen-Orient afin de peser davantage sur les sorties de crises, n’en déplaise à l’Occident intégral et ses satellites.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile ?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email