-- -- -- / -- -- --
Nationale

Touati lance une nouvelle initiative politique

Touati lance une nouvelle initiative politique

A quelques mois de l’élection présidentielle, les suggestions de la classe politique se multiplient en vue de reconfigurer la scène politique nationale et concrétiser un élan démocratique.

C’est dans cette démarche que le président du Front national algérien (FNA) Moussa Touati, a appelé ce samedi, lors de la première session du conseil national de son parti, le président de la République à une période de transition d’une durée de trois ans au lieu d’organiser l’élection présidentielle.

Selon Touati il sera question, pendant ces trois ans, de promulguer une Constitution « éternelle » à même de construire un Etat de droit et garantir des échéances électorales honnêtes et transparentes. Une Constitution, ajoute-t-il, qui devrait être accompagnée par des textes juridiques interdisant sa modification, étant ainsi la dernière loi fondamentale dans l’histoire de l’Algérie.

D’autre part, cette période transitoire aurait pour objectif de rétablir la confiance actuellement « perdue » entre le peuple et le pouvoir, estime le président du FNA. Concernant la solution proposée par son homologue du MSP Abderrezak, Makri portant sur l’implication de l’Armée nationale populaire dans le projet de transition démocratique, Touati a été très clair, refusant cette proposition. Il considère que les prérogatives de l’institution militaire sont d’ordre purement sécuritaire et se limitent à la protection de l’intégrité territoriale du pays.

Moussa Touati, qui s’est réuni avec les cadres de son parti, se veut logique en avouant que la participation à la présidentielle de 2019 sera pour le FNA un « cinquième suicide ». Compte tenu de la fraude qui s’érige en loi lors de tous les rendez-vous électoraux, ce qui les discrédite ainsi que la légitimité des élus, commente-t-il. Il préconise même à l’Etat d’économiser les dépenses allouées habituellement à ces échéances qui s’avèrent, selon ses termes, « budgétivores ». Des sommes faramineuses qui peuvent être affectées à la réalisation d’autres projets profitables au peuple, enchaîne-t-il.

Sur la question de la possibilité de se concerter avec les autres partis politiques dans le souci d’arriver à un consensus réunissant toute la classe politique nationale, Touati émet une niet catégorique.

Car, à son avis, il a déjà tenté une telle initiative, mais a été trahi par les chefs des autres partis. Précisant qu’il préfère se concentrer sur l’organisation et la gestion des affaires internes de sa formation politique, notamment que le FNA tente en ce moment de se repositionner et se remettre des différentes crises l’ayant ébranlé. Touati, en s’adressant aux militants présents lors de ce conseil national n’a pas fait dans la dentelle en les pointant du doigt parce qu’ils n’ont pas fait preuve de conviction des valeurs et de l’engagement politique constituant la plate-forme de leur parti.

Rebondissant sur les cas de dissidence « massive » qu’a vu sa formation surtout en 2012, qui sont une preuve concrète de ce manque de conviction chez les militants. S’exprimant lors de cette sortie sur l’affaire des 701 kilos de cocaïne, il a fait remarquer qu’il s’agit d’une affaire « internationale. Un crime qui nécessite, souligne-t-il, une poursuite par le droit international si la justice algérienne n’arrive pas à élucider ses tenants et ses aboutissants en vue de punir toutes les parties impliquées dans ce réseau des mafias transnationales.

Cette première session du conseil national a vu également la remise aux militants d’une copie du projet du nouveau règlement intérieur du FNA en vue de le débattre et l’adopter.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email