-- -- -- / -- -- --
Culture

Tizi Ouzou  : Vibrant hommage à l’artiste Bélaïd Dahmani

Tizi Ouzou  : Vibrant hommage à l’artiste Bélaïd Dahmani

La grande salle des spectacles de la maison de la Culture Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou était pleine à craquer jeudi dernier, en milieu d’après-midi, à l’occasion de l’hommage rendu à l’une des icônes de la chanson kabyle, Belaïd Dahmani, aujourd’hui en convalescence après avoir lutté durant longtemps contre la maladie. Si Belaïd Dahmani, du haut de ses 73 ans, se déplace avec des béquilles, sa voix reste toujours chaude et rocailleuse, comme autrefois. Il l’a bien prouvé en montant sur scène pour interpréter Aygher nik yithem nenough ? (Pourquoi nous nous sommes fâchés toi et moi ?). Cette chanson, considérée par des connaisseurs, comme atemporelle, Bélaïd Dahmani l’a composée en 1973. 

Pour l’apport qu’il a assuré pour la chanson algérienne, kabyle particulièrement, une pléthore d’artistes était venue le témoigner au public. Il s’agit, entre autres, de Abderrahmane Kaci, Hamid Louagrani, Ali Méziane, Amar Khodja, Mohamed Chemmoune et Tahar Taleb. Celui-ci a révélé avoir connu Bélaïd Dahmani en 1975, année où, lui-même, a fait ses débuts dans la chanson. « Je me souviens que Belaïd Dahmani était alors musicien dans l’orchestre de Cheikh Nourredine », a expliqué Tahar Taleb. 

Tous les nombreux artistes montés sur scène, sur appel du célèbre animateur Slimane Belharet, ont fait, à l’unanimité, des louanges à l’endroit de Belaïd Dahmani. Non seulement ils ont mis en avant son don artistique mais aussi sa grande sensibilité et sa générosité infinie. A maintes reprises, il a animé bénévolement des galas artistiques. 

En effet, l’argent et le luxe n’ont aucune signification pour Belaïd Dahmani. Et parallèlement à ces témoignages poignants, beaucoup de jeunes artistes et associations ont tenu à marquer de leur empreinte ce grand rendez-vous initié par la direction de la culture de la wilaya. 

La directrice de cette institution, Nabila Gouméziane, était elle-même présente à cet événement. D’ailleurs, beaucoup de personnalités présentes dans la salle n’ont pas manqué de féliciter Mme Gouméziane pour le travail de qualité qu’elle exécute avec l’ensemble de ses collaborateurs. 

Concernant les associations et jeunes artistes ayant rendu un hommage à Belaïd Dahmani, il faut retenir que certains l’ont fait en interprétant certaines de ses propres chansons et d’autres, les associations notamment, ont puisé de leur propre répertoire. C’est le cas de la chorale féminine d’Ath-Bouatha (Azazga) qui a su séduire l’assistance. L’orchestre aussi, composé de jeunes musiciens, a fait preuve d’un talent extraordinaire. 

Enfin, il convient de noter que Belaïd Dahamni est né le 24 juillet 1950 au village de Taguercift, dans la commune de Fréha. Parallèlement à la chanson qu’il entama vers la fin de la décennie 1960, il évolua aussi sur les planches. Toutefois, il est plus connu comme chanteur que comme comédien. C’est surtout sa façon de jouer la mandole qui a subjugué ses fans. Hélas, en 2019, Belaïd Dahmani, alors âgé de 69 ans, est atteint d’une grave maladie, d’où l’amputation de sa jambe droite.

Cependant, habitué à la lutte, il ne s’est pas laissé abattre. Aujourd’hui, portant une prothèse et appuyé sur des béquilles, Belaïd Dahmani, que les jeunes appellent tendrement et respectueusement « Da Belaïd », se montre prêt à poursuivre sa carrière artistique, déjà longue de plus de cinq décennies. D’ailleurs, il l’a prouvé en faisant une excellente démonstration, jeudi dernier à l’occasion de l’hommage qui lui a été rendu. 

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email