-- -- -- / -- -- --
Nationale

Tizi-Ouzou : Une marche, un hommage et une déclaration

Tizi-Ouzou : Une marche, un hommage et une déclaration

La famille journalistique de la wilaya de Tizi-Ouzou a fêté ce vendredi la journée mondiale de la presse. Il est vrai cependant que cette manifestation intervient dans un contexte particulier. En effet, les journalistes, après un rassemblement à la place de la Liberté où, après l’observation d’une minute de silence à la mémoire des martyrs de la profession et lecture d’une déclaration, ont effectué une marche à partir de ces lieux jusqu’au jardin Tahar-Djaout ; où ils ont déposé une gerbe de fleurs au pied de la stèle érigée à sa mémoire.

S’agissant de la déclaration, lue en présence de nombreux citoyens, la famille de la presse de Tizi-Ouzou a noté que « la commémoration de la journée internationale de la liberté de la presse, en ce 3 mai 2019, intervient dans un contexte politique particulier marqué par la révolte du peuple algérien, déterminé à récupérer sa souveraineté confisquée par les pouvoirs successifs depuis 1962.

« La corporation journalistique de la wilaya de Tizi-Ouzou relève encore que « l’Algérie nouvelle à laquelle nous aspirons tous ne peut se dissocier des principes de la liberté d’expression et de la liberté de la presse ».

Dans leur plaidoyer, les signataires de la déclaration notent aussi « qu’à ce titre, nous constatons la persistance des pratiques éculées visant à l’embrigadement des médias ». « L’objectif étant d’orienter l’opinion afin d’imposer le fait accompli des décisions que le peuple ne cesse de dénoncer et de rejeter », dénoncent encore les manifestants.

Plus encore, les rédacteurs de la déclaration, après avoir dénoncé la tentative de mainmise et l’OPA sur les organes de presse, ont salué le courage et la résistance « de nos confrères et consœurs du secteur public qui bravent l’interdit et qui luttent contre la censure dans l’optique de garantir un véritable service public ».

Plus encore, la famille de la presse de Tizi-Ouzou a crié, au nom de la liberté de la presse, ses exigences pour que cessent le mépris des autorités à l’égard des femmes et des hommes de la presse, le bâillonnement de la liberté d’expression et les tentatives

d’embrigadement des médias, l’asphyxie économique programmée dont la finalité n’est autre que l’étouffement des voix libres et, par ricochet, dénier au peuple algérien l’un de ses droits constitutionnels, celui du droit à l’information, le chantage par les salaires ainsi que les intimidations que subissent quotidiennement nos consœurs et confrères, et enfin la campagne haineuse visant à stigmatiser les journalistes et à les diaboliser vis-à-vis de l’opinion publique.

Les journalistes de la wilaya ont mis également à profit cette journée pour revendiquer l’impérative amélioration des conditions socioprofessionnelles des journalistes, « situation qui condamne certains d’entre nous à subir une précarité sociale des plus contraignantes ».

« Pour conclure, nous réitérons notre engagement à honorer la mémoire de nos consœurs et confrères morts pour que cette liberté de dire et d’écrire soit effective et réelle », déclarent enfin les signataires de la déclaration.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email