-- -- -- / -- -- --
Nationale

Tizi-Ouzou : Tenue du 6e congrès de l’union locale UGTA

Tizi-Ouzou : Tenue du 6e congrès de l’union locale UGTA

La grande famille de l’union locale UGTA de Tizi Ouzou a organisé hier au siège du Centre de loisirs et scientifique de Tizi Ouzou son 6e congrès. A relever que l’union de wilaya UGTA de Tizi Ouzou compte six structures locales, à savoir celles de Ouaguenoun, Azazga, Draâ Ben Khedda, Oued-Aïssi, Draâ El Mizan et Tizi Ouzou. Tandis que les quatre premières citées ont déjà organisé leurs congrès respectifs la semaine dernière, Tizi Ouzou, conformément au calendrier, l’a organisé hier.

Pour la journée d’aujourd’hui, le rendez-vous est fixé à Draâ El Mizan.
Concernant ce congrès de Tizi Ouzou, son ouverture a eu lieu en présence des représentants de la société civiles, des cadres dirigeants des services déconcentrés de la wilaya, des députés et surtout de personnalités du syndicalisme.

Le secrétaire général de l’union de wilaya UGTA, Bachir Ramdani, saisira cette occasion pour faire un tour d’horizon sur les acquis et les missions de l’UGTA et dresser un tableau du le monde du travail aujourd’hui, tout en mettant un trait d’union intelligent sur cette corrélation travailleur –employeur. Bachir Ramdani, dont la maîtrise du verbe est presque légendaire, a commencé son discours en déclarant

« Evaluons aujourd’hui nos réalisations ; évaluation qui nous permettra de comptabiliser nos points positifs et apporter des correctifs à des lacunes et erreurs que nous aurions commises. « En ce qui concerne l’acquis et le positif, le secrétaire général UGTA de wilaya le déclarera sans détours et surtout sans fausse modestie : « Tous les problèmes qui nous été posés ont trouvé des solutions. Nous n’avons aucun dossier en instance ou dans le tiroir en attente d’étude ! »

Et d’ajouter sur la dimension véritable de l’UGTA : « Nous avons toujours su instaurer un climat de dialogue avec nos différents interlocuteurs et une discipline sans faille dans nos entreprises. « Abordant ensuite le volet portant sur les manquements et le manque à gagner, Bachir Ramdani ne fera pas dans la dentelle.

Il signalera en premier lieu le chômage endémique en Kabylie fait que les jeunes, faute d’emploi même après une formation universitaire ou au sein d’un institut de formation professionnelle n’ont d’autre alternative que le départ vers l’étranger.

L’orateur dénoncera également la malhonnêteté de certaines entreprises privées qui ne respectent pas les droits les plus élémentaires des travailleurs.

Certains employeurs, selon le secrétaire général de l’UGTA font de fausses déclarations à la sécurité sociale concernant leurs salariés. C’est le minimum qui est déclaré à la sécurité sociale concernant le salaire de l’assuré, et ce sans se soucier du moment du départ à la retraite du malheureux salarié en question.

Tout en reconnaissant que l’UGTA n’a rien contre l’investisseur privé, l’intervenant a quand même fortement plaidé l’acceptation par ces entreprises privées d’un syndicat dans leur espace.

Bachir Ramdani a également défendu le principe de l’obligation de respect par les entreprises étrangères de la réglementation nationale en matière de travail. « Nous constatons, hélas, que ces multinationales, qui sont aujourd’hui une réalité admise par tout le monde, ne respectent rien ni personne ! « , a déploré Ramdani.

Enfin, l’intervenant plaidera pour la défense « de nos propres entreprises et la consommation du produit local « , car c’est du respect de cette logique que dépend la pérennité de l’intérêt du travailleur.

Après l’intervention de Bachir Ramdane, il a été procédé à l’installation du bureau du congrès, la prise de parole par certains invités dont le président de l’APC de Tizi Ouzou, Ouhab Aït-Menguellet, qui a répété sa disposition à prêter main-forte à toute volonté de relancer le développement « dans notre région « .

Concernant la nouveau secrétaire général de l’union locale UGTA de Tizi Ouzou, le choix des syndicalistes se portera sur Brahim Boutaba.

Celui-ci a été élu par la majorité écrasante des syndicalistes. Et conformément au statut du syndicat, Brahim Boutaba exercera un mandat de quatre ans. Il est à relever également l’émotion qui a atteint son paroxysme quant Rachid Hamoutène, syndicaliste depuis de très longues années et membre actif depuis 14 ans au sein de l’union locale UGTA de Tizi Ouzou, a annoncé à l’assistance sa cessation d’activités syndicales pour motif de départ à la retraite.

D’aucuns reconnaissent que Rachid Hamoutène, journaliste également, de par sa réflexion et sa stratégie toujours payante, était l’un des piliers de l’union locale UGTA de Tizi Ouzou. D’ailleurs, Rachid Hamoutène était l’un des architectes de la création et la mise en place des unions locales UGTA dans la wilaya de Tizi Ouzou.

Notons enfin que les travaux de ce 6e congrès devaient se traduire dans l’après-midi par la lecture des rapports des différentes commissions et l’installation d’autres commissions. S’agissant du congrès de l’union UGTA de wilaya, selon son secrétaire général, il aura lieu probablement au cours du mois de mai ou juin.

« Moi qui suis à présent à mon 6e mandat en tant que secrétaire général à la tête de cette instance, il est vraiment peu probable que je me porte candidat pour le 7e », a révélé Bachir Ramdane au Jeune Indépendant. A noter que le mandat de secrétaire général de l’union UGTA de wilaya est de cinq ans alors que celui de l’union locale est seulement de quatre ans.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email