-- -- -- / -- -- --
Lifestyle Santé

Tizi Ouzou : Modernisation du CHU Nedir-Mohamed

Tizi Ouzou : Modernisation du CHU Nedir-Mohamed

Au grand bonheur des patients, le CHU Nedir-Mohamed de Tizi Ouzou se modernise à l’heure actuelle d’une manière spectaculaire. L’expansion des structures hospitalières et leur modernisation sont dictées, sans doute, par le besoin urgent de pallier l’annulation du projet de construction d’un CHU dont l’implantation était prévue à Oued-Falli.

Quoi qu’il en soit, la visite, hier, de certaines structures du CHU par le Pr Abbas Djiri en compagnie de la presse, à l’exemple du Centre de transfusion sanguine, du service des urgences, a été une preuve de leur modernisation, notamment en ce qui concerne les équipements lesquels relèvent d’une technologie de pointe.

C’est le cas du scanner du bloc des urgences du service postopératoire où les médecins urgentistes peuvent effectuer toutes les radios nécessaires pour diagnostiquer le mal. Ainsi par exemple, l’accident vasculaire cérébral (AVC) ischémique ne constitue point à présent un cas éminemment dangereux comme autrefois, pour peu que la victime arrive au CHU dans les temps, soit 6 heures après l’attaque. En effet, avec le scanner aux multiples fonctionnalités, les médecins spécialistes peuvent intervenir à temps pour sauver le patient.

D’ailleurs, le Pr Djiri a révélé que dans un passé très récent, deux victimes d’un AVC ischémique ont été traitées et sauvées sans difficulté. Au pavillon de transfusion sanguine, le nouvel appareil de prélèvement sanguin permet à un seul donneur de satisfaire une dizaine de personnes dans le besoin de sang, alors qu’autrefois, c’était le contraire, c’est-à-dire 10 donneurs de sang pour le patient receveur.

Le document remis à la presse par le service de communication du CHU donne cette lecture : en matière d’infrastructures, le CHU connaît une extension avec la création d’un nouveau service d’hématologie B de 18 lits, ce qui permettra d’augmenter la capacité de prise en charge des malades atteints de pathologies aigües liées au sang. Le projet de réalisation de ce service, d’un coût de 7.000.000,00 DA, a été réceptionné et est actuellement en instance de lancement.

Le service de médecine légale, dont le coût est de 13.000.000,00 DA, est opérationnel. Le document mentionne également le lancement d’un centre de désintoxication avec ses équipements pour la prise en charge des sujets en proie à la toxicomanie. Ce projet, d’un coût de 130.000.000,00 DA, sera lancé d’ici à la fin de l’année en cours.

Le service de psychiatrie a connu également d’importants travaux de rénovation. Cette rénovation décidée pour une meilleure prise en charge des patients souffrant de troubles psychiatriques est d’un coût de 10.000.000,00 DA. S’agissant de l’hôpital de jour, lequel suscite beaucoup d’espoir, qui est composé d’un R+7, il est en plein chantier. 

Le coût de réalisation est de 130.000.000,00 DA. Cet hôpital de jour est dôté d’un service psychiatrique, d’urgences cardiologiques, d’un service de gastroentérologie, d’un service thrombolyse, d’un service de médecine interne, d’une urgence de néonatologie, d’un service de néonatologie et d’un laboratoire d’immunologie. Toujours au chapitre innovation, il est prévu la réalisation d’un pavillon des urgences d’un montant de 400.000.000,00 DA.

Le bâtiment sera implanté à l’intérieur du CHU. Le terrain d’assiette devant l’accueillir est d’une superficie de 2. 400 M2. Cependant toutes ces innovations et rénovations suffiront-elles pour répondre aux besoins de tous les patients de la wilaya de Tizi-Ouzou ?.

Le Pr Abbas Djiri a souligné dans un point de presse que dans le cadre du programme d’action pour désengorger et diminuer la pression sur le CHU, il a été décidé de doter les polycliniques de certains services spécialisés et de personnels compétents. « Notre objectif, souligne le DG, est d’aller vers une diminution des consultations médicales au niveau de ce CHU puisque le malade trouvera satisfaction au niveau des polycliniques ».

Par ailleurs, le conférencier a abordé certains aspects et réalités liés aux fonctionnalités de ses services. Vu son statut de CHU, de toutes les wilayas du pays des patients sont évacués vers l’hôpital de Tizi-Ouzou. Ce qui n’est pas pour faciliter la tâche aux blouses blanches y exerçant. A titre indicatif, le pavillon des urgences de chirurgie, qui est de 16 lits, a enregistré au courant du premier semestre 2015 pas moins de 2 431 admissions.

Le pavillon de urgences de médecine a connu pour la même la période 3 034 admissions. Le pavillon des urgences en pédiatrie 1 862, soit un total de 7 337 admissions. Les consultations d’urgence pour les trois pavillons réunis sont au nombre de 56. 045 pour la même période donnée (premier semestre).

Le nombre de décès est de 145. Le Pr Abbas Djiri a tenu à indiquer que ces décès ne sont pas en relation directe avec la prise en charge médicale du CHU, « car bien souvent, les malades décédés au sein de nos structures, nous les recevions comme moribonds ». C’est le cas des blessés graves et des malades sur le point de mourir », a précisé le conférencier.

Leur admission au CHU repose surtout sur le besoin de constater et d’enregistrer légalement leur décès. « S’agissant de malades dont l’entière prise en charge médicale est assurée par nos services, le nombre de décès est très insignifiant », a explicité le DG. A la question de savoir si la ville de Tizi-Ouzou est dans le besoin d’un nouveau CHU, le Pr Abbas Djiri a répondu qu’il n’est pas de « ma compétence de dicter le besoin ou non de la construction d’un CHU ». 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email