-- -- -- / -- -- --
Nationale

Tizi Ouzou : Le wali met en garde les retardataires

Tizi Ouzou : Le wali met en garde les retardataires

Fini le sursis pour les entreprises retardataires dans l’exécution des projets en cours dans la wilaya de Tizi Ouzou. Dorénavant, c’est le recours à la justice ou tout simplement le retrait d’agrément pour ces personnes aux quelles l’Etat a octroyé des projets de développement ainsi que des aides importantes.

Ce rappel à l’ordre a été fait par Mohamed Bouderbali, mercredi dernier dans l’après-midi, lors de sa visite de travail et d’inspection de la zone d’activité de Fréha.

« Dès lors que les pouvoirs publics ont réuni toutes les conditions nécessaires, en l’occurrence l’octroi de terrains d’assiette, la facilitation pour l’obtention de crédits bancaires, la délivrance des autorisations de lancement de projets et la levée d’autres obstacles susceptibles de nuire à la bonne marche de l’entreprise, il est normal que les pouvoirs publics exigent en retour le plein engagement des investisseurs concernés « dit-il.

Ce sont là les termes du wali à l’endroit d’un certain nombre d’investisseurs qui, pour des raisons inavouées, n’ont pas encore lancé les projets pour lesquels ils se sont pourtant solennellement engagés.

Mohamed Bouderbali a beaucoup insisté auprès des nombreux investisseurs et entrepreneurs rencontrés sur le site de Fréha sur la nécessité d’accélérer la cadence, soit pour les travaux de préparation des unités de production, soit pour la production du produit dans lequel s’est spécialisée l’entreprise. Le premier point qu’a visité le wali est le centre d’achat de produits laitiers et dérivé dénommé CAPROS FRAIS.

C’est une unité spécialisée dans le froid. Sa capacité de stockage est de 3 000 m3. Elle est composée de 3 entrepôts. Le projet, qui remonte à l’année 2005, est d’un coût de 132 905 000 DA.

L’autofinancement a été de 86 905 000 DA et le prêt bancaire assuré par la BNA a été de l’ordre de 46 000 000 DA. CAPROS FRAIS, qui ouvrira ses portes au cours de cette semaine, est pourvoyeuse de 30 emplois.

La mission exacte de cette entreprise du froid consiste à récupérer auprès des producteurs des produits laitiers comme le lait, les yaourts, le fromage, le beurre, la crème fraîche, la margarine, les glaces, les œufs et autres, puis à assurer leur distribution aux grossistes, petits commerçants et autres gros consommateurs. En d’autres termes, finis les soucis d’écoulement ou la crainte d’avarie du produit pour le producteur. La seule problématique rencontrée sur le terrain par CAPROS FRAIS est l’eau.

Ce liquide, indispensable à l’entreprise, est en effet très rare dans cette zone d’activité. Jusqu’à présent, l’entreprise assure ses besoins en eau en se ravitaillant par des citernes. S’alimenter à partir d’Aghribs n’est certainement pas la solution la mieux indiquée.

En effet, à Aghribs, l’eau coule dans les robinets une fois toutes les 48 heures et pendant seulement quelques heures. Le directeur de l’hydraulique de la wilaya, M. Hameg, a proposé l’installation d’un forage au niveau de l’oued Sébaou.

Cette question portant sur l’eau a constitué le point de discorde entre les responsables de CAPROS FRAIS, appuyés par le président d’APC de Fréha, et les responsables de la wilaya.
Toujours est-il cependant que les deux parties se sont séparées sur une note d’optimisme quant au règlement de ce problème dans les meilleures conditions possibles.

Après CAPROS FRAIS, le wali visitera d’autres entreprises et d’autres chantiers fort prometteurs dans cette optique de développement. C’est le cas de HAMEL MEDICAL, entreprise spécialisée dans la fabrique du mobilier et matériel médicaux. L’entreprise spécialisée dans la fabrique du carrelage monocouche donnera aussi satisfaction aux visiteurs. Il s’agit de la sarl IAGM, créée en 2010 et qui assure un emploi à 110 personnes.

La sarl IAGM est d’une capacité de production de 9 000 m2 par jour. Les pièces de carrelage produites sont de format dit 333+333 mm et 400+400 mm, avec différents motifs. Un autre investisseur attend la délivrance du permis de construire pour mettre sur pied une unité de fabrication de vis et rivets. La production annuelle, une fois les ateliers en opération, est estimée à 720 tonnes.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email