-- -- -- / -- -- --
Nationale

Tizi Ouzou : La ville paralysée par la grève

Tizi Ouzou : La ville paralysée par la grève

La wilaya de Tizi-Ouzou était paralysée, ce dimanche, par la grève qui devrait durer quatre jours. Pour ce premier jour, le taux de suivi a été effectivement de 100 %. Pas le moindre service administratif n’a fonctionné et pas non plus le moindre commerce n’a levé rideau. Au chef-lieu de wilaya, une seule boulangerie et quelques pharmacies ont assuré la permanence.

Dans la matinée, seuls les buralistes ont procédé à la vente de journaux, et ce devant leurs locaux. Hormis la presse, aucun autre article n’a été proposé à la vente. La vente de tabac était frappée du sceau de l’interdit. Les fumeurs ont trouvé cependant secours auprès de quelques vendeurs à la sauvette. La ville des Genêts était, hier, une ville morte. La bruine incessante a encore rendu la ville plus sinistre. Le peu d’animation connue, dans la matinée, par le chef-lieu de wilaya a eu lieu à la place de l’ex-Mairie. En effet, au niveau de cette place, plusieurs personnes, des jeunes notamment, se sont rassemblées pour exprimer leur rejet catégorique du rendez-vous électoral de jeudi prochain.

Ces jeunes gens, surexcités comme d’habitude, n’ont aucunement été gênés par la pluie qui tombait sans arrêt. « Ulac l’vote ulac ! (Pas de vote) », n’arrêtaient-ils pas de scander. Notons enfin que la capitale du Djurdjura a été marquée ce dimanche par la vaine tentative de fermeture de l’accès donnant à la daïra. En effet, les manifestants, nombreux devant le siège de cette institution, étaient divisés en deux groupes. L’un voulait murer cet accès et l’autre était contre.

Par ailleurs, les éléments des services de sécurité, fortement mobilisés sur les lieux, ont réussi à dissuader les partisans de la fermeture de l’accès donnant à la daïra à abandonner leur projet. Devant la détermination des manifestants, les services de sécurité se sont montrés prêts à user même de la force pour empêcher cette fermeture en question. Toujours est-il cependant qu’aucun acte de violence n’est à déplorer. Il convient de relever que les oppositions citoyennes à ce projet de fermeture étaient nombreuses.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email