-- -- -- / -- -- --
Nationale

Tizi Ouzou : La nouvelle loi sur les investissements en débat

Tizi Ouzou :  La nouvelle loi sur les investissements en débat

La nouvelle loi sur les investissements référencée n° 22-18 du 24 juillet 2022 a été longuement mise en débat ce samedi, dans la grande salle des spectacles de la maison de la Culture Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou, par la forte assistance composée d’universitaires, de représentants des pouvoirs publics, à leur tête le wali, des députés, des sénateurs, des représentants de la société civile et des opérateurs économiques. 

En effet, ce rendez-vous, initié par la direction de l’industrie de la wilaya, sous le haut patronage du wali, a permis de tirer les grands avantages de cette loi mais aussi de relever certains points négatifs ou tout simplement mal interprétés. Toujours est-il que cette loi n° 22-18 du 24 juillet 2022 a été saluée aussi bien par les personnes politiques que les opérateurs économiques car « elle permet dorénavant, grâce à la transparence qu’elle offre dans la gestion et le suivi du dossier portant investissement, de contourner les obstacles, rencontrés dans ce cadre précis, par les investisseurs. Autrement dit, les désagréments causés par la bureaucratie ». En effet, la création du guichet unique, lequel est doté d’une plate-forme numérique, permet à l’investisseur de gagner beaucoup de temps dans la finalisation de son dossier et donc le lancement de son projet. 

Par ailleurs, il convient de relever que, dans son intervention, le député Mohamed-Saïd Mohelbi a informé l’assistance de la création, au cours de la semaine en cours, de l’Agence nationale économique (ANE), organisme qui regroupera en son sein tous les secteurs économiques. Cela veut dire que l’ANE aura la compétence de gérer les dossiers d’économie industrielle, agricole, touristique, etc. 

Le wali, Djillali Doumi, après avoir mis un accent particulier sur le positivisme de cette loi, tout en mettant en exergue la volonté de l’Etat de se débarrasser des anciennes lois sur les investissements, jugées inadéquates, et ce afin de permettre la relance de l’économie nationale ainsi qu’un grand et réel développement économique, a mis en évidence la nécessité d’encourager des investissements réfléchis et intelligents.

Djillali Doumi a fait allusion aux spécificités régionales et locales. Et à l’issue des nombreuses interventions, il a informé que la wilaya de Tizi Ouzou a signé, au cours de la semaine dernière, un contrat avec un bureau d’études aux compétences avérées, lequel sera chargé de faire la cartographie économique de la wilaya, soit les créneaux appropriés pour les investissements. Et selon ses propres termes, cette étude cartographique sera conjuguée, comme il se doit, avec les données réelles du plan d’aménagement du territoire dont l’opération a déjà fait l’objet d’un lancement. 

Cette intervention du wali à ce propos fait suite à l’intervention du Pr Arezki Chennane, expert en économie et enseignant chercheur à l’université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou, lequel a toujours recommandé la mise en place de cartographies de la wilaya de Tizi Ouzou, notamment en ce qui concerne l’économie, et l’interconnexion entre toutes les parties concernées.

Le Pr Chennane a également profité de son intervention pour rappeler la disponibilité de l’université Mouloud-Mammeri à jouer le rôle qui est le sien dans le développement du pays, notamment la wilaya de Tizi Ouzou. Le Pr Ibrahim Hammadi, également expert en économie et enseignant à la même université, a signalé, quant à lui, la nécessité de revoir la liste des communes de la wilaya de Tizi Ouzou, soit 14, qui ne peuvent pas, à la lumière de cette nouvelle loi sur les investissements, en tirer certains avantages, autrement dit un appui de l’Etat. 

Le directeur de l’industrie de la wilaya, Madjid Bannoune, après avoir présenté la nouvelle loi sur l’investissement et l’ensemble de ses textes d’application, a informé l’assistance que pas moins de 1 500 demandes d’investissement sont toujours en cours d’étude au niveau de ses services. 

Il a précisé que ces dossiers sont établis dans le cadre de l’ancienne réglementation en matière d’investissement et que les collaborateurs et lui ne savent pas quelle suite leur réserver. Les services de Madjid Bannoune ne savent pas avec exactitude s’ils doivent les traiter à la lumière de cette nouvelle loi ou tout simplement en conformité avec les anciens textes législatifs et réglementaires. Aucune réponse appropriée ne lui a été donnée par aucune des parties présentes. 

Il convient enfin de noter que beaucoup d’autres intervenants ont fait des remarques aussi pertinentes les unes que les autres. Le président de l’APW, Mohamed Klalèche, a manifesté, lui aussi, son enthousiasme quant à la venue de cette loi. Dans sa longue allocution, il a signalé, entre autres, la nécessité d’un partenariat multi-institutionnel entre l’Etat, l’entreprise, l’université, les collectivités locales et la société civile. Dans les coulisses, ce responsable élu a déclaré à la presse que dans le cadre de la poursuite des travaux du projet de la pénétrante, l’Etat dégagera au cours de l’année 2023 une enveloppe financière d’un montant de 20 milliards de dinars.

 

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email