-- -- -- / -- -- --
Nationale

Tizi Ouzou  : La chambre de l’agriculture fermée par des producteurs de viande et de lait

Tizi Ouzou  : La chambre de l’agriculture fermée par des producteurs de viande et de lait

Des producteurs de viande et de lait et d’autres personnes s’identifiant comme des agriculteurs ont procédé, jeudi dernier dans la matinée, à la fermeture de la chambre de l’agriculture de Tizi Ouzou.

Cette action musclée, en protestation contre la politique agricole menée par les pouvoirs publics, intervient suite à l’appel lancé par la Fédération des producteurs de viande et de lait au courant de la semaine dernière. Il convient de relever que cet appel a été précédé par une mise en garde adressée le 23 du mois en cours par l’UNPA au directeur des services agricoles de la wilaya de Tizi Ouzou.

Dans le courrier en question, les signataires soulignent : « Compte tenu de l’entêtement du président de la chambre de l’agriculture de la wilaya à entretenir la colère des agriculteurs par la clochardisation de la profession et la provocation, nous vous recommandons d’user de votre autorité et des prérogatives institutionnelles qui vous sont conférées, et conformément à l’article 19 du décret cité ci-dessus (décret exécutif n° 10-214 du 16 septembre 2010 fixant le statut des chambres de l’agriculture), de prendre toutes les mesures utiles pour assurer la pérennité et le bon usage des missions de la chambre de wilaya, et afin d’éviter de regrettables désagréments ou désordre au chef-lieu de wilaya dans les jours qui viennent, et dont la responsabilité incomberait exclusivement aux mis en cause, nous vous conseillons, pendant qu’il est encore temps, d’agir positivement et de sommer le président de la chambre de l’agriculture de se décharger de sa mission dans le calme et la sérénité ainsi que dans le respect de l’ordre républicain et des lois en vigueur. »

Cette lettre, dont nous détenons une copie, n’a pas semblé faire grosse impression ni sur son destinataire direct ni sur le président de la chambre de l’agriculture de la wilaya, M. Amar Bouzgarène, lequel s’est confié au Jeune indépendant mercredi dernier, soit à la veille de la fermeture de l’institution qu’il préside. Il convient de noter que la fermeture de la chambre de l’agriculture n’a pas été opérée par une grande foule.

Une vingtaine de personnes selon les services de l’ordre, une centaine selon les organisateurs. Quoi qu’il en soit, l’action a bel et bien eu lieu même si cela est loin de constituer la fin désirée par les organisateurs. En effet, avoir dénoncé l’inertie du président de la chambre de l’agriculture de la wilaya de Tizi Ouzou est loin de faire l’unanimité puisque pas moins d’une dizaine de représentants d’association, sans compter le président de l’Interprofessionnelle des céréaliers, Ahmed Asnnoun, se sont réunis mercredi dernier (la veille de la manifestation) au siège-même de la chambre de l’agriculture pour manifester leur soutien à Amar Bouzgarène, appelé, par respect, Da Amar.

Celui-ci a affirmé au Jeune Indépendant qu’il dépendait du ministère de l’Agriculture et non de cette « pseudo-fédération des producteurs de viande et de lait ».

Il poursuit : « Si je suis à la tête de la chambre de l’agriculture depuis 25 ans, c’est parce que j’estime ne pas avoir trahi ceux qui ont placé leur confiance en moi ». La suite de l’entretien a porté sur les griefs retenus contre ceux qui demandent le gel des activités de la chambre de l’agriculture et le départ de son président.

D’ailleurs, tous les participants à cette réunion affirment que les allégations avancées par la Fédération des producteurs de viande et de lait, ou du moins ce qui est présenté comme « une fédération », sont sans fondement. Tout en énumérant toutes les difficultés que connaît la grande famille des agriculteurs, les producteurs de viande et de lait, Amar Bouzgarène et ses camarades, accusent leurs adversaires d’être les « véritables responsables » de cette situation. Le représentant de l’Association des apiculteurs, présent à cette réunion, a posé cette question : « Pourquoi, justement maintenant, cette cabale contre notre président de la chambre de l’agriculture ? ».

C’est le président de la chambre de l’agriculture qui y a répondu : « Il y a de gros intérêts en jeu ! ». A notre question de savoir si c’est-là une affaire de sous, Amar Bouzgarène a répondu par l’affirmative. Le président de la chambre de l’agriculture a cependant refusé de donner des détails à ce sujet. La grande question qui se pose à présent est de savoir qui des deux parties en conflit aura le dernier mot ? Prions le Tout Puissant qu’il donne victoire à celle qui est dans le juste ! 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email