-- -- -- / -- -- --
Nationale

Tizi Ouzou : Guerre sournoise dans les rangs de l’UGTA

Tizi Ouzou : Guerre sournoise dans les rangs de l’UGTA

C’est une guerre sournoise qui règne depuis quelques jours dans les rangs de l’UGTA, Union locale de Tizi Ouzou. Le climat de déliquescence qui y règne est tel qu’on ne sait plus qui est qui et commande qui, ou qui exerce son autorité légale sur qui. Une chose est sûre : Bachir Ramdani, longtemps connu comme le premier responsable de l’UGTA, Union de wilaya de Tizi Ouzou, ne semble pas reconnu à présent comme tel par un certain nombre de ses pairs. Et comment ! Dans une déclaration rendue publique et signée de « l’UGTA, Union locale », Bachir Ramdani, sans toutefois être nommément cité, est descendu en flammes.

C’est une véritable diatribe que ses adversaires ont prononcée contre lui. Dans le même document, les signataires clament haut et fort que Bachir Ramdani n’est plus le premier responsable de l’UGTA, Union locale et, par conséquent, la réunion qu’il a présidée au cours de la journée du 31 octobre 2019 à l’issue d’une « réunion restreinte », est nulle et non avenue. Justement, cette réunion a fait grincer des dents ses adversaires. « L’exécutif de l’union locale de Tizi Ouzou et les cadres syndicaux de la localité de Tizi Ouzou, élargi à des cadres syndicaux toutes branches et de toutes compétences de la wilaya, sont stupéfiés par les propos indignes tenus dans la déclaration de l’Union de wilaya du 21 octobre 2019, lors d’une réunion restreinte présidée par un déchu et radié des rangs de l’organisation, dont certains participants ne sont même pas adhérents à l’organisation », peut-on lire dans le préambule de la déclaration.

Les signataires de la déclaration poursuivent sur le même ton de reproche et de dédain : « Nous avons un conseil de wilaya qui reconnaît implicitement avoir agi en toute illégalité du fait de l’illégitimité de ce désormais pseudo-secrétaire général de l’Union de wilaya lequel a mal pris sa déchéance au même titre d’un vulgaire personnage descendu, de son piédestal sur lequel il se voyait éternellement debout. Ce responsable radié de l’organisation ne cesse de faire des appels du pied pour sa réhabilitation par un aplatventrisme qui n’a d’égal que son indignité ». Plus loin, les signataires de la déclaration manifestent leur étonnement quant au fait que « ce pseudo- conseil de wilaya continue à vouloir protéger un personnage qui travaille dans la clandestinité pour se servir de l’organisation comme il n’a cessé de le faire pendant 28 ans de services rendus à ses maîtres, lesquels l’ont lâché et abandonné après une fin de mission ». « C’est un conseil illégal et illégitime, certains de ses membres ne disposant même pas de mandat syndical et sont rejetés par leurs propres bases », ajoutent encore les adversaires de Bachir Ramdani.

Après avoir vilipendé longtemps encore Bachir Ramdani, qu’ils désignent à présent par le terme de « déchu » et qualifient ses sympathisants de « pseudo cadres syndicaux », les signataires de la déclaration concluent que « l’exécutif de l’Union locale de Tizi Ouzou s’interroge sur la création d’une délégation qui souhaite se rendre à la centrale, et ce certainement dans l’objectif de supplier et de demander la clémence au SG national en vue d’amnistier ce responsable radié, alors que dans la déclaration n° 08 de l’Union de wilaya du 02/07/2019, celle-ci a déclaré que la direction nationale actuelle est illégitime et préfabriquée. La question qui se pose dès est ; « Qui est en train de faire de la danse du ventre et qui sont les caméléons qui demandent la clémence et le pardon de leurs péchés à l’organisation ? ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email