-- -- -- / -- -- --
Nationale

Tizi Ouzou : Guerre entre commerçants

Tizi Ouzou : Guerre entre commerçants

La guerre entre commerçants est désormais déclarée. Une fraction se déclare fidèle à l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UG AA), union de wilaya, aile représentée par Hamid Aba, et l’autre se reconnaît désormais dans celle représentée par Samir Djebbar.

La rivalité entre les deux camps remonte à bien longtemps, mais la guerre ouverte a été déclarée suite à l’appel lancé aux commerçants et artisans de la wilaya pour l’observation d’une grève, aujourd’hui, par l’aile que dirige Samir Djebbar.

Dans cet appel, décidé lors de l’assemblée générale des grossistes de la wilaya de Tizi Ouzou en date du 6 de ce mois, ses initiateurs disent que leur geste tend à dénoncer les services des contrôles des prix et de la qualité de la direction du commerce de la wilaya qui
exagèrent dans la pénalisation et la verbalisation des commerçants, les procédures contraignantes et arbitraires des différents services des impôts, le non-respect des lois et de la réglementation en vigueur par la CASNOS, antenne de Tizi-Ouzou et enfin, les charges exorbitantes que subissent les commerçants et artisans sans aucune prise en considération de la part des services publics.

Dans le document portant appel à la mobilisation et dont nous détenons une copie, l’UGCAA que représente Samir Djebbar stipule que les pharmacies ne sont pas concernées par cette grève et, par conséquent, gardent leurs portes ouvertes.

Par ailleurs, cette action de grève sera complétée, selon ses initiateurs, par l’observation d’un rassemblement devant le siège de l’UGCAA, fraction représentée par Hamid Aba, et ce de 8 heures à 13 heures.

Notons enfin que ces contestataires exigent du camp adverse le bilan moral et financier et l’organisation d’une assemblée générale à l’effet d’élections libres et transparentes pour la mise sur pied d’un nouveau bureau de wilaya de l’UGCAA. La partie adverse, c’est-à-dire celle représentée par Hamid Aba, n’a pas cependant tardé à réagir.

Sa réaction a été traduite tout simplement par la non-observation de cette grève car « ses auteurs ne recherchent ni l’intérêt véritable des commerçants ni ne jouissent de la légitimité de les représenter ». C’est pourquoi aussi chacun des deux camps essaye de coller ses propres affiches sur les murs de la ville tout en déchirant celles de l’autre.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email