-- -- -- / -- -- --
Nationale

Tizi Ouzou : Grande mobilisation en faveur des détenus d’opinion

Tizi Ouzou : Grande mobilisation en faveur des détenus d’opinion

La ville des Genêts a été marquée ce mardi par une grande mobilisation populaire en faveur des détenus politiques et d’opinion, avec une marche et deux rassemblements. Le premier rassemblement a eu lieu dans la cour du siège de la wilaya. En sus des familles des détenus et de nombreux citoyens anonymes, l’ensemble des élus de l’APW y ont pris part activement.

Pour rappel, une élue de l’APW, Samira Messouci, fait partie des détenus politiques et d’opinion. Une fois le rassemblement terminé, les manifestants se sont ensuite dirigés vers le tribunal du centre-ville, en face du jardin Tahar-Djaout et de la mosquée Cheikh Amar. Les manifestants ont scandé plusieurs slogans tels que « Pouvoir assassin ! », « Libérez les détenus politiques et d’opinion », « Mazalagh dhimazighens » et « Djazaïr hourra – dimocratia ! ». Une fois arrivés devant le tribunal, les manifestants ont, en dépit d’un soleil de plomb, entamé un deuxième rassemblement. Tout en exhibant des banderoles et des pancartes, et sur lesquelles on pouvait lire, entre autres, « Libérez la justice ! », les manifestants ont également scandé en chœur « Mazalagh dhimzighens », « Libérez la justice ! », « Libérez les détenus politiques et d’opinion ! », et « Djazaïtr hourra – dimocratia ». Il va sans dire que des slogans très hostiles au premier responsable de l’ANP, le général Ahmed-Gaïd Salah, ont été scandés.

La deuxième phase de ce rassemblement devant le tribunal a été marquée par une prise de parole. Beaucoup de personnalités, connues pour leur implication dans la lutte pour les droits de l’homme humaine, se sont succédé pour intervenir. La première personne à prendre la parole est l’élue de l’APW, Nabila Smaïl, également membre du collectif d’avocats des détenus d’opinion. Elle a commencé par transmettre le message des détenus, dont l’officier de l’ALN Lakhdar Bouregrâa. « Les détenus m’ont chargée de vous demander de continuer le combat car eux-mêmes ne regrettent rien de l’action qui les a menés en prison », a lancé Nabila Smaïl. « Si Lakhdar, poursuit l’oratrice, m’a également chargée de vous transmettre ses amitiés et ses encouragements ». Selon les déclarations de Nabila Smaïl, le commandant de l’ALN

Lakhdar Bouregrâa, ne regrette rien lui aussi. L’officier de l’ALN, selon l’oratrice, a également défendu bec et ongles la Kabylie.

Le deuxième intervenant, que le président de la première institution élue de la wilaya de Tizi Ouzou, Youcef Aouchiche d’abord, a rappelé les motivations populaires, à savoir la chute du système politique actuel et le départ inconditionnel de toutes celles et de tous ceux qui l’incarnent. Youcef Aouchiche a également mis l’accent sur la « maturité du peuple algérien dans sa révolution pacifique et l’unité nationale, à laquelle il demeure profondément attaché ». Le président de l’APW a ensuite appelé à maintenir la cohésion dans les rangs populaires et l’unité dans l’action.

Pour sa part, la députée Leïla Hadj-Arab, une autre grande dame connue pour son acharnement dans le combat pour les droits de l’homme et la démocratie, a longuement fustigé le pouvoir. L’oratrice est longuement revenue sur la question identitaire et linguistique ainsi que sur l’emblème amazigh.

De son côté, le président de l’Association des journalistes de la wilaya de Tizi Ouzou, Samir Leslous, a indiqué que la famille journalistique de la wilaya de Tizi Ouzou est inconditionnellement partie prenante du mouvement populaire né le 22 février dernier. « Nous sommes issus du peuple et il est naturel que nous soyons parmi le peuple », a indiqué Samir Leslous avant d’appeler les citoyens à maintenir la mobilisation.

Notons enfin que les organisateurs de cette manifestation ont lancé un appel aux citoyennes et citoyens de la wilaya de Tizi Ouzou pour marcher massivement vendredi prochain dans la capitale du Djurdjura.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email