-- -- -- / -- -- --
Nationale

Tizi Ouzou : Flambée des prix des fruits et légumes

Tizi Ouzou : Flambée des prix des fruits et légumes

Les fruits et légumes proposés au marché principal de Tizi-Ouzou viennent de connaître, hier, une soudaine flambée des prix. C’est surtout l’agrume local, plus exactement l’orange et la mandarine, qui est devenu hors de portée de la bourse moyenne, autrement dit l’écrasante majorité des ménages.

L’orange de qualité à peine moyenne est proposée à un prix se situant entre 130 et 150 DA le kg. L’orange reconnue comme « luxe » dépasse les 200 DA le kg. Toutefois, le prix jugé à l’unanimité exorbitant est celui relatif à la mandarine dite « Thomson ». Ce fruit n’est pas cédé à moins de 250 -270 DA le kg.

La mandarine de très mauvaise qualité est cédée à 90 DA le kg. Bien entendu, vu son état de dégradation, aucun client ne s’est proposé à l’acheter. La banane, qui est un fruit exotique, mais ordinaire toutefois puisqu’il est produit en grande quantité et sans aucune difficulté, est proposée au marché de Tizi-Ouzou à 200 DA le kg. La raison invoquée pour l’augmentation de son prix est la dévaluation du DA.

Le commerçant utilise à présent le langage banquier puisque l’importateur paye sa marchandise en devises. Ce que le commerçant tizi-ouzien ne dit pas ou ne peut pas dire, c’est le prix exact que cet importateur paye pour la banane. Par ailleurs, il y a lieu de relever que les prix considérés comme réels par la direction du commerce et des prix de la wilaya contrastent avec ceux affichés par les commerçants.

C’est le cas des produits cités ci-dessus. En effet, selon le barème de cette institution, l’orange par exemple est proposée à 60-100 DA et 80-120 DA. Idem concernant la mandarine. La moyenne coûte entre 100 -110 DA et la luxueuse entre 120 et 240 DA. Concernant la tomate fraîche, elle est proposée à un prix se situant entre 50 et 60 DA.

La courgette quant à elle est à 90-100 DA.
Le haricot vert était hier à 260 DA. Comme justificatif à ce prix fort, est invoqué le fait qu’il soit un légume hors saison. La carotte est cédée à un prix se situant entre 45 et 60 DA le kg alors qu’il y a moins d’un mois, elle a été proposée à 25 DA le kg. Presque tous les légumes de saison connaissent à présent une augmentation.

Qu’en est-il des viandes ? Curieusement les prix des viandes rouges sont maintenus. Dans certaines régions, à l’instar de Tigzirt-sur-mer, il y a même une dégringolade des prix. Certains bouchers affichent le prix de la viande de bœuf à 700 DA le kg.

Toujours est-il qu’à Tigzirt-sur-mer, ces bas prix de la viande rouge ont pour origine une concurrence qui ne dit pas son nom entre les bouchers. Selon des sources locales, au départ un boucher a eu l’idée de casser les prix pour obliger ses confrères à baisser rideau. De la sorte, il resterait seul sur le marché.

Mais au lieu du résultat escompté, les autres bouchers, conscients des enjeux, ont accepté la baisse des prix, déterminés à rester sur le marché. A Azzazga aussi, certains bouchers ont baissé les prix pour travailler face au recul de la clientèle, plus encline à se tourner vers la volaille. A Tizi-Ouzou en revanche, cette concurrence n’est pas de rigueur. En tous cas pas chez les poissonniers.

Ceux-là font bien au contraire dans la surenchère. Des sardines, à peine plus grandes que des alevins, ont été proposées hier à 400 DA le kg. Bien des avis compétents, car très au courant du marché, relèvent que tout marchand de poisson risquerait de graves ennuis s’il venait à casser les prix instaurés par les grossistes.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email