-- -- -- / -- -- --
Nationale

Tizi Ouzou : Des dizaines de milliers de manifestants dans la rue

Tizi Ouzou : Des dizaines de milliers de manifestants dans la rue

Rien ne semble altérer la volonté et l’ardeur des femmes et des hommes de la wilaya de Tizi-Ouzou dans leur action s’inscrivant dans le cadre de leur exigence de la chute du système politique actuel, pour être remplacé par une deuxième République pourvoyeuse d’une réelle démocratie et d’une véritable justice sociale telle que l’avait d’ailleurs imaginée et façonnée leurs aînés de novembre 1954.

Bien au contraire, la conviction des femmes et des hommes de la wilaya de Tizi-Ouzou d’aller jusqu’à la victoire finale est plus que jamais renforcée. En effet, ils étaient hier, pour le 13e vendredi consécutif, des dizaines de milliers à battre le pavé de la capitale du Djurdjura pour réitérer leur exigence du départ sans conditions de toutes celles et tous ceux ayant conduit l’Algérie à la ruine. Comme les marches précédentes, celle d’hier a débuté après la prière du Dohr. Dans la matinée, à l’instar des vendredis antérieurs, il régnait dans la ville un calme de cimetière. Seules quelques personnes traversaient la rue. Un semblant de regroupement se fait surtout sur la place du marché. Cependant, dès les premières minutes ayant suivi la prière, les rues, les avenues et les boulevards furent envahis par une marée humaine.

C’est le début de la manifestation. Les marcheurs, par carrés multiples et compacts, s’ébranlent à partir du portail du campus universitaire Hasnaoua jusqu’à la place de l’Olivier. Les slogans, comme d’habitude, étaient nombreux. Certains étaient aussi pleins d’humour. Certains autres étaient, en revanche, d’une extrême dureté. En voici certains : « Les dinosaures sont toujours là », « Non au recyclage du système ! », « Les colons français sont partis, leurs sous-traitants algériens ne veulent pas s’en aller », « Cédez le pouvoir à ceux qui aiment l’Algérie ! », « On ne gère pas un pays avec des casernes, des mosquées et de l’argent sale ! » et « Système dégage ! » Ces slogans sont ceux mentionnés sur des banderoles et des pancartes. S’agissant de slogans scandés à l’unisson, ils sont aussi nombreux. Les manifestants ont surtout crié « pouvoir assassin » et « Y en a marre de ce pouvoir ». Cependant, les tirs à boulets rouges ont été ceux contre le général de corps d’armée Ahmed-Gaïd Salah. Il est surtout reproché au premier responsable de l’ANP de ne pas nourrir une réelle volonté de débarrasser le pays de la mafia.

Notons enfin qu’en dépit de leur colère et leur frustration suscitées par le désastre subi par l’Algérie et par des responsables censés la servir de leur mieux, les manifestants n’ont manifesté aucun signe de haine. Cependant, sur leurs visages se lisait une volonté inébranlable d’aller jusqu’au bout, c’est-à-dire jusqu’à la concrétisation de leurs aspirations les plus profondes.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email