Tizi Ouzou : Coup d’envoi de la campagne moisson-battage – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Tizi Ouzou : Coup d’envoi de la campagne moisson-battage

Tizi Ouzou : Coup d’envoi de la campagne moisson-battage

C’est en présence des autorités locales et des cadres concernés de la wilaya, dont le directeur des services agricoles (DSA), Djamel Serboub, et du président de la coopérative agricole de la wilaya, Ramdane Ladaouri, ainsi que du président de l’APW, Mohamed Klalèche, que le wali, Djillali Doumi, a donné, dimanche dernier, le coup d’envoi de la campagne moisson-battage pour la saison agricole 2021-2022. 

C’est plus exactement au niveau de la ferme agricole appartenant au nommé Kamel Hamouni, dont la superficie agricole est de 20 ha, que Djillali Doumi a donné le coup de starter. Et conformément à l’usage, les trois machines moissonneuses on fait une petite moisson. C’est un spectacle certainement joli à voir, cependant, la réalité du terrain peut causer le tournis aux amoureux de l’agriculture, notamment les concernés directs, c’est-à-dire les agriculteurs eux-mêmes.  

En effet, sur place, un agriculteur, Rabea Boumriche, a confié au Jeune Indépendant que le secteur agricole local vit une situation des plus amères. A commencer par le projet de création de la Coopérative des céréales et de légumes secs (CCLS) à Draâ El-Mizan, laquelle n’a pas encore vu le jour en dépit de son ancienneté. « Aussi, nous sommes contraints de faire nos dépôts de céréales à la CCLS de Draâ Ben Khedda ; qui est éloignée et qui signifie aussi pour nous un coût élevé de transport ». 

A cela s’ajoute le prix, qui n’est pas des moindres, de la moissonneuse-batteuse. « Une heure de moisson-battage coûte 6 000 DA », a affirmé Rabea Boumriche. Les engrais, qui coutaient l’an dernier 8 000 DA le quintal, coûtent à présent 16 000 DA, soit le double. Il faut savoir aussi que si beaucoup d’agriculteurs sont tentés d’acheter une moissonneuse-batteuse, dont le prix est de 6 000 000 DA, l’obligation de paiement d’assurance d’un montant de 400 000 à 500 000 DA tous les deux mois qui leur est imposée par la BADR les en dissuadent souvent, surtout lorsqu’on sait que cette machine agricole n’est utilisable que durant un laps de temps, soit deux mois par an, le temps de la moisson-battage. 

L’autre frustration des agriculteurs est la non-perception de la prime dite de sélection du produit céréalier, c’est-à-dire de semence. Avant, pour un quintal de blé de sélection, l’Office agricole interprofessionnel des céréales (OAIC) payait à l’agriculteur 1 000 DA le quintal. Cette année, aucun agriculteur n’a perçu le moindre sou de cet organisme d’Etat. La seule consolation est sans doute l’achat de leur produit céréalier cette année par la CCLS au prix de 6 000 DA le quintal, alors que son prix était de 4 500 DA. 

L’autre volet qui prête au découragement est sans doute la faiblesse de rendement à l’hectare. Selon le président de la coopérative agricole de la wilaya, Ramdane Ladaouri, la moyenne de production dans notre pays est de 16 quintaux à l’hectare, mais avec un pic atteignant des fois 50 quintaux à l’hectare. 

A la question du Jeune Indépendant concernant la possibilité d’une augmentation de rendement, M. Ladaouri a répondu sans la moindre hésitation : « Si l’on change de stratégie agricole et qu’on mobilise nos ingénieurs agronomes pour assurer un suivi scientifique rigoureux, on pourrait réussir à produire 80 quintaux à l’hectare, comme cela se fait dans les pays développés, à l’instar des Etats-Unis ». S’agissant des prévisions de la DSA, il est attendu, cette année, une production de 24 quintaux à l’hectare pour le blé dur, soit un total de 120.359 quintaux pour une superficie emblavée de 5 003,46 ha. Pour le blé tendre, la superficie emblavée est de 486,15 ha. La production prévue est de 15 130 quintaux, soit un rendement de 31 quintaux à l’hectare. 

Concernant l’orge, la superficie emblavée est de 431,16 ha et la production prévue est de 7 621 quintaux, soit un rendement de 18 quintaux à l’hectare. S’agissant enfin de l’avoine, la superficie emblavée est de 20 ha et la production prévue est de 332 quintaux, soit un rendement de 17 quintaux à l’hectare. Enfin, il convient de signaler que dimanche, dans l’après-midi, les flammes ont ravagé une superficie de 8 ha de blé à Draâ El-Mizan.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email