-- -- -- / -- -- --
Nationale

Tizi Ouzou : Colère et frustration des enfants de Chouhada

Tizi Ouzou : Colère et frustration des enfants de Chouhada

La colère et la frustration des enfants de Chouhada affiliés à la Fédération des Fils de Chouhada (FFC) de la wilaya de Tizi Ouzou sont telles qu’ils ont décidé d’organiser un sit-in devant le siège de la wilaya au cours de la journée du jeudi 16 février 2017.

L’empêchement des festivités commémoratives prévues au cimetière des Martyrs de M’douha le 18 février, soit deux jours seulement après ce sit-in, à l’occasion de la journée du Chahid est même envisageable.

Cette deuxième action de protestation dépendra fondamentalement de la réponse qui leur sera donnée par le wali, Mohamed Bouderbali, lors de la tenue de ce meeting puisque parallèlement à celui-ci, les manifestants dégageront une délégation qui aura pour mission de lui transmettre leur plate-forme de revendications. 

C’est ce qui a été décidé, jeudi dernier, à l’occasion de la réunion tenue à la maison de la Culture Mouloud-Mammeri par les des cadres et militants de cette organisation présidée par Mustapha Oudiaï.

 Les différents intervenants ont violemment dénoncé le mépris dont souffrent les enfants de Chouhada de la part des gouvernants et surtout de l’absence de l’Etat de droit. Certains ont même déclaré que bien des enfants de Chouhada sont tellement déçus par la situation politique et économique du pays qu’ils ont demandé à « être des binationaux ». A comprendre que cette deuxième nationalité sollicitée est française.

« A ne rien comprendre, les enfants de harkis jouissent de plus de considération que nous, c’est complètement ubuesque ! », ont renchéri d’autres. D’autres encore ont accusé le pouvoir d’avoir divisé les forces de la grande famille des enfants de Chouhada en décidant d’octroyer d’énormes avantages matériels à certains et en laissant dans l’indigence la plus totale les autres.

Aussi, dans leur nouvelle tentative de monter au créneau, les affiliés à la FFC ont élaboré une plate-forme de revendications composée de pas moins de dix points que voici : l’attribution de logement social à tous les ayants droit de Chouhada et leur exonération des critères prévus par la loi en vigueur, notamment celui fixant le plafond de salaire à 24 000, 00 DA, une réponse positive à toute demande de terrain pour une construction collective à usage d’habitation pour les enfants de Chouhada, faire bénéficier les ayants droit de Chouhada d’une réduction de 40% pour tout achat de logement de l’OPGI tel que prévu par la loi, le respect du quota de 20 % en faveur des enfants de Chouhada pour toute distribution de logements, locaux commerciaux, terrains, etc, le bénéfice d’une augmentation de deux catégories au classement de la fonction publique, et ce conformément à l’article 39 de la loi n°07-99 du 05 -04 1999 avec effet rétroactif à compter de la parution de cette loi, la valorisation de 7, 5 années considérées comme période de travail effective, la préservation des symboles de la révolution algérienne, une réparation au préjudice moral et financier aux ayants droit de Chouhada, la généralisation de l’article 25 de la loi relative au Mouddjahid et au Chahid et réversibilité sans conditions aux conjoints en cas de décès et un emploi aux enfants des ayants droit de Chouhada.

Notons enfin que lors de cette rencontre de jeudi dernier, certains participants ont cité plusieurs cas de violation des lois de la République, et ce de la part même de ceux qui devaient veiller logiquement à leur respect. En d’autres termes, par ceux ayant pu obtenir le statut d’hiérarque grâce au sang des martyrs.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email