-- -- -- / -- -- --
Nationale

Tipasa : Le wali en visite à la daïra d’Ahmeur-El-Aïn

Tipasa : Le wali en visite à la daïra d’Ahmeur-El-Aïn

Accompagné des directeurs de l’exécutif, Moussa Ghellaï, wali de Tipasa, a inspecté plusieurs projets, dont certains sont en cours de réalisation et d’autres à l’arrêt.

Cette cinquième sortie marathonienne du wali, dans la daïra d’Ahmeur-El-Aïn, fut une inspection au sens propre du mot, qui a révélé dans certains points visités des amalgames.

Or le wali, en insistant sur les détails, faisait preuve d’une grande maîtrise concernant les technicités des constructions en général, d’où les « tricheries » révélées ici et là. Même lorsque le schéma apparaissait presque parfait, il revenait toujours sur les moindres détails, cherchant par là et à travers ses mots à soulager les maux, invitant à chaque fois ses interlocuteurs à revoir leur copie.

Le premier responsable de la wilaya, qui se révèle être un parfait communicateur, n’a pas manqué de fustiger « l’ensemble », tout en s’adressant à « l’ensemble « , insistant sur la cohésion et la coordination afin de venir à bout de ces retards, de ces arrêts, de ces insuffisances et de ces défaillances liés en grande partie au manque de concertation entre les directions concernées.

Un brin d’espoir toutefois, qui concerne plusieurs projets de construction d’habitations, de salles de sports, de routes, de trottoirs, l’éclairage public et autres relations interstructures commençant à avoir du répondant.

Le wali exprima ses vœux de voir cet aspect relationnel prendre des dimensions visant à rapprocher les délais nécessaires au développement des communes de la daïra d’Ahmeur-el-Aïn dans l’intérêt des citoyens.

Le wali, comme toujours, n’a pas besoin de mettre des gants pour critiquer les insuffisances et le laisser-aller de certains responsables quant à la légèreté dans la prise de responsabilités alors que « le temps passe, et laisser les citoyens à se mettre en colère et barrer les routes ».

Tel le cas la ville de Sidi-Rached deux jours avant cette visite où les citoyens ont barré la RN A 67 (lire notre édition n° 5632 du 22 novembre 2016). A Bourkika, à l’occasion de cette visite d’inspection du wali au niveau du chantier des 900 logements RHP + LPL, les citoyens ont bloqué la route au cortège officiel pour attirer l’attention des autorités et afin de réclamer l’amélioration de leurs conditions de vie qu’ils jugent dégradées.

Parmi ces bloqueurs, certains ont lancé des cailloux sur le cortège où une voiture des services de sécurité a vu une fenêtre cassée. Nous comprenons ces déceptions qui touchent plusieurs fronts, et il voudrait ne plus revoir ces colères devant les insuffisances, les laisser-aller qu’il refuse, ces furies sur l’état d’avancement des travaux qui enregistrent un très grand retard.

Parmi les grandes préoccupations urgentes relevées lors de ses visites dans ces trois communes, à savoir Sidi-Rached, Bourkika et le chef-lieu de daïra Ahmeur-El-Aïn, le wali songe à ce cadre de vie du citoyen, et à ce que peuvent apporter les solutions aux questions liées aux projets de logements, aux travaux d’alimentation en eau potable, aux eaux usées, à l’électricité, au gaz, en revêtement en bitume, que ce soit dans les rues principales ou dans les quartiers de la ville.

A la salle du lycée d’Ahmeur-El-Ain, le wali a présidé une réunion qui a regroupé les représentants des associations de la société civile, les élus et tous les membres de l’exécutif. 

Les interventions de tous les citoyens ont convergé vers le vœu de la daïra de faire renaître les beaux jours des villes des trois communes que contient cette daïra et de contribuer à son épanouissement.

Une foule de propositions ont été faites où la parole ensuite a été donnée aux directeurs de l’exécutif qui ont donné des réponses aux questionnements des citoyens. Prenant la parole, le wali, qui a longuement écouté les uns et les autres, a donné le ton sur la démarche qu’il envisage de mener dans le domaine du développement.

Prônant la démocratie participative, le chef de l’exécutif de la wilaya a enjoint les directeurs de l’exécutif d’être très attentifs et à l’écoute des populations.

« Elles proposent, nous notons, nous étudions la faisabilité selon les moyens dont nous disposons et c’est à nous de mettre en exécution les projets réalisables, ainsi nous aurons rempli les missions dont nous avons la charge. « Par ailleurs, il a ajouté qu’il est indispensable de convaincre les citoyens, de les associer et de gagner leur adhésion à la réalisation des projets qu’ils ont souhaités.

« Eux, ils connaissent mieux que nous leurs besoins », dira-t-il en ajoutant : « Il est vain de parler de développement du tourisme par exemple en se bornant à construire des édifices dans un environnement qui souffre d’insalubrité avec des routes délabrées et des décharges à chaque coin de rue, qui enlaidissent le paysage et l’environnement. »

Moussa Ghellaï s’est félicité du climat serein dans lequel se sont déroulés les débats qu’il a qualifiés de positifs, et que j’aurai la posibilité de revenir prochainement revoir l’état des avancements de tous les chantiers de ces trois communes relevant de la daïra d’Ahmeur – El – Aïn.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email