Theatre: "Le Musée des fous", un réquisitoire contre la corruption – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Culture

Theatre: « Le Musée des fous », un réquisitoire contre la corruption

Theatre: « Le Musée des fous », un réquisitoire contre la corruption

La pièce « Le Musée des fous » revient sur les échecs d’une jeunesse qui tente de se faire une place dans une société délabrée, où le monde des choses règne en maître au détriment de celui des idées.

Écrite et mise en scène par Youcef Taouint et produite par le Mouvement Théâtral de Koléa (MTK), la pièce qui participe au 15e FNTP (hors compétition), met en scène trois personnages schizophrènes, qui veulent mettre fin à leurs jours, car la société ne leurs accorde aucune considération.

Ce psychodrame aux formes comiques, met en scène un agent de sécurité, un agent d’entretien et une psychologue, qui attendent l’arrivée des trois schizophrènes, William Shakespeare, Albert Einstein et Wolfgang Amadeus Mozart, dont les personnages sont interprétés par Aymen Bonatero, Ayoub Hemaïdi et Chawki Benfliti. Les trois veulent à tout prix se suicider.

Ces génies dont la société ne leur a fait aucun cadeau, se sont retrouvés enfermés dans un musée de fous. La psychologue tente de les dissuader de commettre ce suicide. Un challenge qui lui permettra de décrocher son diplôme. Mais au fil des scènes, l’histoire se révèle plus ardue.

Après que la psychologue est arrivée à les convaincre de ne pas commettre ce crime, elle se suicide. Les trois génies, sont ensuite entrés dans une confusion sans fin, ne comprenant pas pourquoi elle a réagi de la sorte.

Ce qui a poussé Einstein et Shakespeare à prendre un poison, qui leur a tout de suite ôté la vie. Alors que Mozart a été trahi par un agent de sécurité, qui lui a fait ingérer un poison. A la fin du spectacle, le public découvre que l’agent d’entretien et de sécurité sont des ex patients atteints de troubles psychologiques.

Le metteur en scène nous a confié que « ce spectacle résulte d’un atelier de formation dédié aux jeunes comédiens. A travers ce psychodrame, Nous voulons sensibiliser et passer un message sur la corruption qui prend de l’ampleur et de mettre fin au calvaire des jeunes, qui veulent évoluer et faire évoluer la société ».

A une question du Jeune Indépendant sur les difficultés que rencontre le théâtre algérien, Youcef Taouint affirme : « à ce jour, nous n’avons pas encore une structure administrative. Dans les pays développés, le théâtre est une industrie. Les comédiens ont une considération. Ils ont par exemple, des indemnités et tous les moyens tels que les espaces ou répéter et jouer ».

Il a évoqué également le problème de la distribution artistique en Algérie indiquant qu’une pièce produite va être jouée une seule fois. Elle se retrouve à la suite dans un tiroir. C’est bien dommage. Car, à chaque représentation, les comédiens et l’équipe évoluent et apprennent des critiques et des débats des professionnels du 4e art.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email