-- -- -- / -- -- --
Nationale

Terrorisme : Le procès des membres de l’ex-GIA renvoyé à la prochaine session criminelle

Terrorisme : Le procès des membres de l’ex-GIA renvoyé à la prochaine session criminelle

Comme il fallait s’y attendre, le procès tant attendu des deux membres de l’ex-GIA a été renvoyé à la prochaine session criminelle suite à l’insistance de l’un des inculpés par le tribunal criminel d’Alger présidé par Rekkad Mohamed.

Les deux inculpés, incarcérés à la prison d’El-Harrach, faisaient partie d’un dangereux groupe terroriste et activaient au sein de l’ex-GIA dans les quartiers périphériques de la capitale. L’affaire a été ajournée par le président en charge du dossier suite à l’absence de l’un des avocats de la défense, considéré comme témoin-clé dans cette affaire.

Les mis en cause, dont notamment Kobbi Hocine alias « Mossaab l’aveugle », sont poursuivis pour plusieurs chefs d’inculpation dont la création d’une association terroriste ayant pour objectif de déstabiliser la situation sécuritaire, dépôt d’engins explosifs dans les lieux publics et plus particulièrement des marchés, homicides volontaires avec préméditation et guet-apens, enlèvements, viols et détention de munitions et faux et usage de faux dans des documents administratifs.

Le groupe en question activait sous les ordres d’Oukali Rachid alias « Rachid Abou Tourab » qui avait remplacé Antar Zouabri, alors chef de l’ex-Gia, abattu par les services de sécurité

Il convient de signaler que l’un des principaux inculpés, Kobbi Hocine, a été touché par la déflagration d’une bombe artisanale qui lui avait été remise par la horde terroriste pour être déposée dans l’enceinte de la gare ferroviaire de Gué-de-Constantine en 1997.

L’inculpé, qui a perdu la vue suite à cet accident, s’est livré de son propre gré aux services de sécurité et dénoncé les six autres inculpés, tout en déclarant au cours de l’instruction judiciaire qu’il avait refusé de faire exploser la bombe car il n’était pas convaincu du djihad auquel appelait, l’ex-Gia.

Par ailleurs, pas moins de 11 autres accusés qui ont purgé leurs peines étaient également concernés par cette affaire, mais la chambre criminelle de la cour suprême avait refusé tous les pourvois en cassation qu’ils avaient introduits pour la simple raison que les juges de cette instance judiciaire avaient jugé que les pourvois n’étaient pas fondés.

Il convient de signaler que Me Hassiba Boumerdassi, constituée au profit de l’un des accusés, Karkar Rachid, a émis le vœu que son confrère Me Benyacoub assiste à l’audience pour donner sa version quant aux procédures entreprises pour sa présentation au temps de l’ancien procureur général Kaddour Beradja et qu’au moment de sa livraison, le mis en cause a été arrêté par les services de sécurité et déféré devant le juge d’instruction nommé en qualité de conseiller à la cour d’Alger, comme quoi, il a été arrêté alors qu’il tentait de commettre un attentat terroriste.

Par ailleurs, le président a accepté les demandes formulées par les avocats de la défense quant à la mainlevée en faveur de leurs clients qui se sont présentés et contre lesquels des prises de corps ont été établies le jour même sur trois accusés.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email