-- -- -- / -- -- --
Nationale

Tensions dans le sud du pays: Le FLN à la rescousse

Tensions dans le sud du pays: Le FLN à la rescousse

Dans le camp du FLN, on ne sait pratiquement plus quand aura lieu le Congrès, ni comment seront organisés ses travaux, ainsi que les préparatifs et les modalités de son ordre du jour ou de l’agenda propre aux regroupements régionaux qui éliront leurs représentants et leurs délégués à cette rencontre exceptionnelle.

Alors que tout le monde pensait, selon des confidences et des déclarations de plusieurs dirigeants du parti, que la date de ce Congrès ne pourrait pas dépasser le premier trimestre, voire même pour les plus pessimistes avant le mois du ramadan prochain (dont le premier jour se situerait selon le calendrier lunaire entre le 17 et le 19 juin).

Or, voilà que la déclaration surprenante de Saâdani, le secrétaire général du FLN, chamboule tous les plans et met ainsi les structures organiques de son parti en veilleuse jusqu’à nouvel ordre. En effet, Saâdani affirma que les travaux de ce Congrès auront lieu juste après la promulgation de la nouvelle Constitution.

Autrement dit, si celle-ci interviendra vers le mois d’avril, comme le révèle des partisans à Bouteflika, le Congrès ne pourrait se tenir en un mois ou deux, en raison des préparatifs, de la logistique, de la tenue des meetings régionaux ou des assemblées au niveau des kasmas et mouhafadhas pour choisir des délégués de la base. Traditionnellement, la feuille de route d’un Congrès pour un parti aussi grand que le FLN exige au moins une durée plus longue qu’un simple trimestre.

« Le congrès n’est pas une affaire banale, ce n’est pas une simple session du comité central ou une rencontre légère », nous confie ce vieux cadre du FLN, ajoutant que la préparation en elle-même devrait mobiliser tout le parti, de ses structures de base jusqu’au sommet.

Pour d’autres, la confection d’un Congrès du FLN obéit à des critères secrets et complexes qui tranchent avec les logiques politiques. Ce sont les jeux d’appareils et les calculs politiciens pour ne pas dire l’anticipation politique des enjeux futurs qui gèrent les préparatifs de ce congrès pas comme les autres. Tous les précédents congrès ont été profondément inspirés par la conjoncture et le contexte, soit idéologique soit politique.

Et pratiquement, la majorité des secrétaires généraux qui ont présidé les travaux de ces congrès ont arraché des plébiscites. La seule hantise des SG du FLN provient des sessions du comité central. Pour des cadres du parti, Saâdani fait tout pour préparer un Congrès selon ses vues, l’accusant de vouloir tisser déjà un « complot » organique pour se succéder à lui-même.

Ses alliés de dernière minute provenant du mouvement de redressement mené par Abada l’ont déjà averti qu’ils ne le soutiendront pas dans cette opération, estimant que le Congrès est déjà dévié de sa bonne « trajectoire » pour sauver le parti des crises qui le secouent depuis des années. Aucune commission n’a été installée dans cette optique, laissant planer le doute, alors qu’en principe, le SG aurait déjà instruit ses cadres à intégrer des commissions spécialisées et se lancer dans des préparatifs longs et coûteux. 

Selon nos sources, Saâdani joue la montre, car rien ne l’oblige à précipiter la tenue de ce Congrès, alors que les rangs du parti sont encore « infestés » d’individus qui ne le reconnaissent pas. Tout le monde sait qu’il existe une crise de légitimité au sein du FLN, aussi bien au sommet, au niveau de sa direction politique nationale, qu’au niveau de la base avec la nomination centralisée des secrétaires de kasmas et de cellules locales du parti.

« Par les temps qui courent, le FLN n’a jamais été un modèle de démocratie », nous dit-on. Déjà, avec la création de nouvelles structures régionales, on soupçonne Saâdani de contourner ses adversaires pour imposer ses partisans et leur permettre d’être délégué au Congrès en grand nombre. En effet, Saâdani cherche à travers la tenue de ce Congrès à changer la composante humaine du comité central, à réviser les statuts du parti et ses règlements intérieurs.

Selon nos sources, la révision de la Constitution est un excellent prétexte pour reculer encore davantage la tenue du Congrès et permettre aux partisans de Saâdani de se préparer convenablement. Selon nos sources, Saâdani réfléchit à une date reculée de la tenue de ce Congrès, probablement vers la fin du mois d’août ou le début du mois de septembre prochain. Si tout va bien organiquement pour le FLN.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email