Le président Tebboune à Paris en mai 2023 – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale Algérie-France

Le président Tebboune à Paris en mai 2023

Le président Tebboune à Paris en mai 2023

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune se rendra en France en visite officielle le mois de mai prochain, a indiqué un communiqué de la présidence de la République.  

Selon la même source le chef de l’Etat a reçu ce dimanche un appel téléphonique de son homologue français Emmanuel Macron, durant lequel il a été convenu que le Président Tebboune se rende en France, pour une visite d’état officielle en mai 2023.

En outre, au cours de cet entretien téléphonique, les deux Présidents ont évoqué les relations bilatérales ainsi que les perspectives de coopérations entre l’Algérie et la France.

Cette annonce survient juste après des entretiens des deux chefs d’Etat à des médias français et dans lesquels ils ont longuement évoqué les questions liées à la mémoire et aux différents contentieux sur la circulation des biens et des personnes, ainsi que les possibilités de relancer sur des bases nouvelles la coopération économique.

Au-delà du dossier mémoriel, les deux pays entretiennent néanmoins des relations économiques qui sont appelées à être développées. Le dernier Forum économique algéro-français a été une occasion de faire le bilan des relations bilatérales mais surtout d’évoquer leurs perspectives.

La nécessité de donner un nouvel élan aux relations économiques et ne pas les limiter aux relations commerciales a été soulignée par les deux parties au mois d’octobre dernier. La France veut en effet accompagner l’Algérie dans sa démarche de diversification économique.

Une volonté réitérée par la Première ministre française, Elisabeth Borne, laquelle a co-présidé, avec son homologue algérien, Aïmene Benabderrahmane, le forum économique algéro-français, au mois d’octobre passé, à Alger.

« Les entreprises françaises sont prêtes à participer à la diversification de l’économie algérienne, assurant que la coopération entre les entreprises algériennes et françaises peut être à l’origine de grandes réussites », avait déclaré la Première ministre française, qui était accompagnée d’une quinzaine de ministres.

Elisabeth Borne, qui a signalé le fait que la France a toujours été un partenaire majeur de l’Algérie, avait souligné la nécessité d’encourager et de lever les barrières qui freinent les entrepreneurs et de limiter les contraintes administratives et réglementaires. Elle avait, dans ce sens, évoqué la nouvelle loi sur l’investissement, affirmant que l’Algérie « prend le chemin de l’attractivité ».

Benabderrahmane avait, de son côté, affirmé que les deux pays disposent de potentialités exceptionnelles de partenariat dans plusieurs domaines, dont certains demeurent sous-exploités, signalant une avancée significative du partenariat économique bilatéral à la faveur de la création de la commission économique mixte algéro-française, dont la 6e session s’est tenue en 2020.

Le Forum économique algéro-français s’est tenu, faut-il le signaler, dans le cadre de la « Déclaration d’Alger », qui engage les deux pays à avancer dans de nombreux domaines comme la transition énergétique, le numérique, la santé, l’agroalimentaire ou encore l’industrie. Les 400 opérateurs économiques algériens et français ayant pris part à cette rencontre économique, représentant plusieurs secteurs (agroalimentaire, transition énergétique, énergies renouvelables, industrie pharmaceutique, numérique), sont convenus d’intensifier les échanges et de les traduire en projets de partenariat concrets qui devraient être inscrits dans la durabilité.

Recul des exportations françaises vers l’Algérie

Les échanges commerciaux algéro-français ont progressé de 17 %, à 2,1 milliards d’euros au premier trimestre 2022, selon les statistiques des Douanes françaises, contenues dans la « Lettre économique d’Algérie n°108 Mai-Juin 2022 », une publication bimestrielle de la Direction générale du Trésor français.

Cette hausse s’explique largement par l’augmentation, en valeur, des achats français d’Algérie, portant sur 1,3 milliard d’euros, soit une hausse de 62 % par rapport au premier trimestre 2021.

Selon les mêmes données, les importations françaises de biens algériens restent composées à 88 % d’hydrocarbures. La tendance résulte donc d’une hausse de 87% (à 986 millions d’euros) des importations françaises d’hydrocarbures algériens, principalement portée par l’effet prix.

Au premier trimestre 2022, les ventes en France de pétrole algérien progressent ainsi de 46 %, s’élevant à 507 millions d’euros, et celles de gaz naturel augmentent de 168 %, à 482 millions d’euros.

Dans le contexte de baisse du volume global des importations algériennes, les exportations françaises vers l’Algérie, pour leur part, ont reculé de 19 % durant le premier trimestre 2022, par rapport au premier trimestre 2021, et atteignent 807 millions d’euros.

En effet, les principaux postes d’exportations françaises vers l’Algérie sont en recul. C’est en particulier le cas des produits agricoles (-58 % à 87 millions d’euros), équipements mécaniques (-26 % à 174 millions d’euros) et des matériels de transport (-9 % à 170 millions d’euros).

Ce déséquilibre des échanges se traduit mécaniquement par une dégradation du solde commercial de la France avec l’Algérie, qui passe d’un excédent de 156 millions d’euros au premier trimestre 2021, à un déficit de 519 millions d’euros au premier trimestre 2022, selon les explications des experts.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email