-- -- -- / -- -- --
Nationale

Tebboune reçoit Mouloud Hamrouche

Tebboune reçoit Mouloud Hamrouche

Le Président Abdelmadjid Tebboune est décidé à aller vite dans ses consultations politiques. Ce lundi, il a reçu l’ancien chef de gouvernement Mouloud Hamrouche.
Selon un communiqué de la Présidence, « cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la poursuite des consultations lancées par le président de la République avec des personnalités nationales, des présidents de parti et des représentants de la société civile sur la situation globale du pays et la révision de la Constitution, dont la mission a été confiée, dans un premier temps, à un comité d’experts présidé par le professeur universitaire et membre de la Commission du droit international à l’Organisation des Nations unies (ONU) Ahmed Laraba ».
Ce communiqué précise que « l’objectif de ces consultations est l’édification d’une nouvelle République répondant aux aspirations du peuple, et de procéder à une réforme globale de l’Etat à même de consacrer la démocratie dans le cadre d’un Etat de droit préservant les droits et les libertés des citoyens, un objectif que M. Tebboune s’est engagé, à lors de sa campagne électorale, à réaliser, ce qu’il a réaffirmé dans son discours après sa prestation de serment en tant que président de la République ».
« M. Hamrouche a présenté au président de la République sa vision sur les différentes questions posées sur la scène politique et ce, à la lumière de sa longue expérience au service de l’Etat ainsi que de son suivi des événements nationaux en tant qu’acteur politique éminent », conclut le communiqué de la Présidence.
Mouloud Hamrouche est la troisième personnalité nationale à être reçue par le Président après l’ancien chef de gouvernement Ahmed Benbitour et l’ancien diplomate Abdelaziz Rahabi, conviés respectivement au palais d’El Mouradia les 29 décembre et 9 janvier derniers.
En attendant que Hamrouche révèle le contenu de ses entretiens avec Tebboune, il est clair que cette rencontre est un virage important dans le processus du dialogue national que veut initier la Présidence, dans une approche globale, caractérisée notamment par le début des chantiers sur la révision de la Constitution et la rédaction, par le gouvernement du Premier ministre Abdelaziz Djerad, de son plan d’action qui sera débattu prochainement par les deux chambres parlementaires.
Pour rappel, si Benbitour n’a pas été loquace en refusant de s’étaler sur les détails de son entrevue, Rahabi a précisé que les échanges avec Tebboune étaient autour de la situation politique que traverse le pays. « J’ai transmis au président de la République ma préoccupation sur la perte de confiance entre le peuple et le pouvoir politique de par les expériences du passé, et la nécessité de parvenir à une large entente nationale pour sortir de la situation actuelle, ce qui renforcera le front interne pour faire face aux menaces régionales », a précisé l’ancien diplomate.
Ce dernier a exprimé notamment sa « profonde conviction que certaines décisions relevant de ses prérogatives constitutionnelles participeraient à ramener l’apaisement et la confiance ».
Il précise que ces décisions consistent en « la libération de tous les détenus d’opinion, à lever toute tutelle sur les médias et en la cessation de pressions exercées sur les partis qui ne partagent pas les avis politiques du pouvoir ».
Et par rapport aux attaques visant le mouvement populaire ces dernières semaines, Rahabi estime qu’il faut « protéger le hirak national de toutes tentatives de son affaiblissement ou de criminalisation, et de le considérer comme une opportunité inouïe pour que l’Algérie accède à l’ère des libertés individuelles et collectives comme dans tous les pays développés ». Rahabi n’a pas manqué de révéler qu’il a « perçu de la bonne volonté de la part du chef de l’Etat ».
En engageant ce cycle de consultations, Tebboune veut surtout concrétiser sa promesse de tendre la main à l’opposition, aux acteurs sociaux, et aux hirakistes de toutes les sensibilités en vue de trouver cette entente nationale. Cette dernière est devenue une exigence vu la conjoncture géopolitique régionale, marquée par la crise libyenne, la recrudescence des actes terroristes dans les Etats du Sahel et la démobilisation de la communauté internationale dans sa lutte contre tous les fléaux de la criminalité et de la contrebande transfrontalière.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email