Tebboune devant les deux Chambres du Parlement : Un discours et des perspectives – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Tebboune devant les deux Chambres du Parlement : Un discours et des perspectives

Tebboune devant les deux Chambres du Parlement : Un discours et des perspectives

Une nouvelle tradition institutionnelle et politique sera instaurée à partir de ce mardi au palais des Nations. Quatre ans après son investiture, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, prononcera un discours à la nation devant les membres des deux Chambres réunies du Parlement, l’Assemblée populaire nationale et le Conseil de la nation. La convocation des parlementaires a été actée par un décret présidentiel, paru dans le dernier numéro du Journal officiel.

Pour les observateurs, il s’agit là d’un discours majeur, très attendu par l’opinion publique nationale, bien que Tebboune soit resté fidèle depuis 2020 aux traditionnelles rencontres cycliques avec des représentants des médias locaux. Cet événement, au-delà de sa portée communicationnelle, va sans doute marquer la vie politique du pays durant toute l’année qui s’annonce.

Bien entendu, il est évident que le chef de l’Etat va revenir, dans ce discours devant les élus du peuple, sur un bilan de quatre années de son mandat ainsi que sur les réalisations et les acquis obtenus sur les plans économique et social. La politique du résultat aura été un mode de gouvernance initié par le chef de l’Etat depuis son investiture, revendiqué et imposé aux membres de ses exécutifs dans chaque département.

Un état des lieux de la situation actuelle est plus que nécessaire, d’autant que le monde vit des moments troubles, tragiques et périlleux. Les incertitudes nombreuses et complexes, ajoutées aux menaces sécuritaires et aux tensions géostratégiques exigent de toutes les forces politiques des éclairages permanents et une mobilisation accrue sur le front interne. Les volets défense et politique étrangère sont des enjeux cruciaux qui déterminent toute la politique de l’Etat et seront des points sensibles de ce discours programme.

Cependant, il s’agit aussi pour le président de la République d’un discours perspective, où il tracera la feuille de route de 2024 et des années à venir, celles des défis économiques, des paris sociaux et des promesses politiques. A quelques mois de l’élection présidentielle, ce discours à la nation est perçu comme un autre engagement du chef de l’Etat pour préparer un second mandat bien que, jusqu’à présent, il n’a émis aucun signe quant à une probable candidature.

Car, pour le chef de l’Etat, l’année 2024 est cruciale. Elle validera sur le terrain les réformes engagées dans tous les secteurs et ouvrira les chantiers majeurs de l’Algérie nouvelle.

Sur ce point, M. Tebboune a réussi à orienter les politiques publiques vers le soutien du pouvoir d’achat, à travers les hausses des salaires aux millions d’employés et travailleurs, à renforcer les aides sociales aux démunis, à valoriser les pensions aux nécessiteux et à mettre en place une allocation chômage aux jeunes. Des mesures qui ont brassé quelque sept millions de citoyens, toutes catégories confondues, renforçant le pouvoir d’achat et encourageant un retour à la consommation.

De plus, le chef de l’Etat a accentué le rôle de l’Etat dans ses riches programmes de distribution de logements, toutes formules confondues, avec plus de 1,2 million de logements distribués depuis 2020 à ce jour. Il prévoit également de poursuivre cette politique en réalisant autant de logements durant les prochaines années. Il va de soi que la politique de l’habitat constitue le socle de la cohésion sociale dans ce qui a été baptisé « l’Algérie nouvelle ».

Sur le plan économique, M. Tebboune a instauré une nouvelle dynamique en relançant de mégaprojets comme celui du fer, du phosphate et du zinc, qui constitueront la base de la diversification économique tant souhaitée et la locomotive du développement de l’industrie nationale.

En plus du programme ambitieux mis en œuvre dans l’agriculture pour une véritable indépendance alimentaire, d’autres défis sont encore inscrits dans l’agenda du Président. Ces défis seront au cœur de ses nouvelles perspectives, comme la transition numérique dans les administrations et les services publics, les réformes dans les secteurs de la finance, les banques et les assurances, ou la modernisation des collectivités locales ainsi que l’instauration de l’équité et de la justice.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email