Tebboune au Point : "L'Algérie veut une mémoire apaisée et reconnue par la France" – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale Algérie-France

Tebboune au Point : « L’Algérie veut une mémoire apaisée et reconnue par la France »

Tebboune au Point :  « L’Algérie veut une mémoire apaisée et reconnue par la France »

Dans un entretien accordé à l’hebdomadaire français  » Le Point », à paraitre ce jeudi 3 juin, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a estimé que « l’Algérie veut une mémoire apaisée et reconnue avec la France ». Sur le dossier mémoriel, le chef de l’Etat a souligné que  » les Algériens attendent une reconnaissance totale de tous ces crimes », car pourquoi, dit-il, tient-on à la reconnaissance de ce qu’on subi les Arméniens, les juifs, et ignore t-on ce qui s’est passé en Algérie? ».
« Macron a toute mon estime. C’est le plus éclairé d’entre tous. Les autres avaient tous une histoire avec l’Algérie », a souligné le président de la République.

Après avoir évoqué les relations économiques avec la France, Tebboune a estimé que la balle est dans le camp des Français pour développer cette coopération et ce partenariat, donnant l’exemple de certaines sociétés qui ont prospéré dans leurs secteurs respectifs.
Sur le dossier des frontières avec le Maroc, le chef de l’Etat a été catégorique: « on ne peut pas ouvrir des frontières avec un voisin qui vous agresse quotidiennement ». Sur la question sahraouie, il dira que le « Maroc devrait revenir rapidement à une solution acceptable conforme au droit international ».

A une question sur la situation au Sahel, le chef de l’Etat a été ferme en déclarant que « l’Algérie ne laissera jamais le nord du Mali devenir un sanctuaire pour les terroristes, ni ne permettra la partition du pays ».
Sur la crise sanitaire, Tebboune a été également clair et catégorique, en déclarant sans ambages que si « la situation se dégrade, nous refermerons les frontières », estimant que si « on a fermé ces frontières, ce n’est pas pour sanctionner la population, mais pour la protéger ». Sur la vaccination anti-Covid-19, il dira que les autorités vont lancer prochainement des campagnes de sensibilisation pour inciter les citoyens à se faire vacciner.

Concernant la politique intérieure, Tebboune a souligné le caractère légaliste de l’armée algérienne.  » Si elle a voulu prendre le pouvoir, elle l’aurait fait. C’était une demande populaire, le peuple l’appelait à faire cesser la comédie du cinquième mandat et la déliquescence de l’Etat ».

Le président de la République n’a pas manqué de revenir dans cet entretien sur les circonstances de son limogeage en tant que Premier ministre en été 2017, après une courte mission de trois mois, estimant qu’il a payé lui et sa famille le prix fort.
Les dossiers économiques ont été largement abordés par Tebboune, notamment sur ses chantiers et la réalité socio-économique du pays. Il évoquera également ses sentiments par rapport au hirak « béni » de février 2019 et l’actuel, ainsi que les récentes décisions sur les mouvements de séditions de Rachad et le MAK.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email