-- -- -- / -- -- --
Nationale

Tayeb Zitouni inaugure le musée régional de la Wilaya IV historique

Tayeb Zitouni inaugure le musée régional de la Wilaya IV historique

Le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, a inauguré ce samedi le musée régional de la Wilaya IV historique, au pôle urbain de Médéa, en présence du ministre chargé des Relations avec le Parlement, Mahdjoub Bedda.

En déplacement dans la wilaya de Médéa, le ministre des Moudjahidine, accompagné du ministre chargé des Relations avec le Parlement, a procédé hier à l’inauguration du musée régional de la Wilaya IV historique, marquant la célébration du 58e anniversaire de la mort du martyr Hadj Hamdi, dit Arslane, et le 13e anniversaire de la charte pour la paix et la réconciliation nationale.

De nombreux anciens cadres de la Révolution et de la Wilaya IV historique, des moudjahidine et des compagnons d’armes du martyr venus des wilayas limitrophes étaient présents à l’événement, qui a été aussi l’occasion d’une rencontre scientifique sur « l’information pendant la Révolution », en référence à Hadj Hamdi Arslan, journaliste et poète de la Révolution.

Intervenant sur les ondes de la radio, le ministre évoquera la demande de restitution des crânes d’Algériens déposés dans le Musée de l’Homme à Paris, dont le nombre, dira-t-il, est supérieur à 31 crânes comme déclaré, et qu’une opération de recensement est menée conjointement par les parties algérienne et française pour mettre au jour toutes les exactions et tous les crimes commis par la colonisation française du début de l’occupation à l’indépendance de l’Algérie et même au-delà de 1962 ».

Le ministre rappellera que les « lignes Challe et Morice, qui ont fait de l’Algérie une prison à ciel ouvert, ont continué à faire des victimes le long des frontières après 1962, la France ayant refusé jusqu’en 2002 de remettre les plans des champs de mines, comme stipulé par les conventions d’Ottawa ».

Il évoquera le problème des disparus auxquels aucune solution n’a toujours pas été trouvée, en dépit d’une rencontre autour de ce dossier qui a eu lieu entre le ministre des Moudjahidine et le ministère français des Anciens combattants. Et c’est l’Algérie qui a soulevé le problème des disparus, dont Maurice Audin, M’hamed Bougara, Bounaama Djillali, tous emprisonnés et assassinés.

Le nouveau musée régional de la Wilaya IV historique est un édifice qui s’étend sur 13.674,87 m2, dont une superficie bâtie de 1.785,06 m2 composée d’un rez-de-chaussée et de 2 étages comprenant un hall d’exposition, une bibliothèque, une salle d’archives de la Révolution et de l’histoire du mouvement de la résistance nationale.

On y trouve des Portraits aux effigies des martyrs de la guerre, des fiches synoptiques des plans de batailles de l’Armée de libération nationale contre l’armée française, des armes anciennes et des matériels de transmission utilisés par les djounoud, documents, des films documentaires, des ouvrages et publications diverses sur la Révolution.

Le martyr Ahmed Hadj Hamdi dit Arslane est né le 29/09/1931 à Takbou (Médéa) dans une famille pauvre dont il était le fils aîné. Il fréquenta l’école coranique, rêvant de devenir maître d’arabe et savant révolutionnaire. Il part en Tunisie en 1947 pour suivre des études à la Zéïtouna où il se distingue par son sérieux et son assiduité. En 1953, il retourne au pays et s’établit à Médéa où il devient maître d’arabe. Il devient journaliste et s’occupe de la contre-propagande pour contrer l’action psychologique de l’ennemi.

Il meurt le 29 avril 1960 à l’issue d’une opération menée par l’armée coloniale qui le blessa après avoir cerné le domicile familial où il était en visite.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email