Tayeb Louh : «Zeghmati a annulé le mandat d’arrêt de Chakib Khelil» – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Tayeb Louh : «Zeghmati a annulé le mandat d’arrêt de Chakib Khelil»

Tayeb Louh :  «Zeghmati a annulé le mandat d’arrêt de Chakib Khelil»

L’ancien ministre de la Justice, garde des Sceaux Tayeb Louh a affirmé à la présidente du tribunal criminel de la deuxième instance d’Alger, Amel Ben Rokia, qu’il fait «l’objet de poursuites judiciaires bel et bien maquillées par le conseiller rapporteur de la Cour suprême».

L’ancien premier responsable du secteur de la justice du temps du président de la République déchu Abdelaziz Bouteflika a, d’emblée, déclaré  : «Je suis incarcéré car je détiens des dossiers d’implication d’enfants de hautes et influentes personnalités au sein de l’Etat» ajoutant qu’il est convaincu que les poursuites engagées contre lui sont directement liées à des raisons purement politiques.

«Lorsque j’étais à la tête du secteur, Belkacem Zeghmati est venu me confier avoir commis une erreur de procédure dans le dossier de Chakib Khelil et qu’il comptait corriger cette bavure en collaboration avec le juge d’instruction. Ainsi, il a annulé le mandat d’arrêt international lancé contre l’ancien ministre de l’Energie et des Mines car le mandat d’arrêt était illégal», a-t-il souligné.

L’inculpé a déclaré : «Zeghmati m’avait demandé une autorisation afin d’organiser une conférence de presse pour annoncer le mandat d’arrêt lancé contre Chakib Khelil et sa famille.»

D’autre part, il a clamé haut et fort : «Je n’ai jamais exercé de pressions sur des magistrats. Je ne suis jamais intervenu en faveur de l’homme d’affaires Mahieddine Tahkout.»

Interrogé sur les agressions physiques dont ont fait l’objet des magistrats de la cour de Tlemcen, Tayeb Louh a nié toute responsabilité : «Je n’accepte pas que mes collègues soient agressés.»

Par ailleurs, Tayeb Louh a soutenu qu’il recevait les instructions de l’ancien président de la République, Abdelaziz Bouteflika, pour ouvrir des enquêtes sur les lettres anonymes dénonciatrices qu’il recevait, précisant que le son frère, Saïd, n’a rien à voir dans cette affaire. «Il n’est jamais intervenu en faveur d’une personne. Il ne m’a jamais donné de directives pour prononcer des jugements partiaux», a-t-il conclu.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email