-- -- -- / -- -- --
Monde

Taïwan: La sagesse chinoise face au coup de poker américain

Taïwan: La sagesse chinoise face au coup de poker américain

La Chine répond à son rythme à la provocation américaine. Elle a notamment annulé le dialogue entre les commandements militaires régionaux, les discussions sur la coordination de la politique de défense, le mécanisme de consultation militaire sur la sécurité maritime ; elle a également suspendu la coopération sur le rapatriement de l’immigration clandestine, la lutte contre la drogue et le changement climatique, outre les sanctions personnelles contre la présidente de la chambre des Représentants et les membres de sa famille. C’est dire que Pékin entend mettre Washington devant une vérité : on ne tente pas de provoquer une puissance plurimillénaire.

Les Américains, droit dans leurs bottes ont joué un coup de poker semblable à celui osé face à la Russie . Et comme tout jeu de hasard, les probabilités d’échec sont aussi importantes sinon plus que l’hypothèse de gagner la partie. Et dans les cas russe et chinois, les Etats-Unis sont en passe de réussir le pari fou de provoquer des superpuissances qui ont des capacités de ripostes à même de provoquer un cataclysme géopolitique et géoéconomique mondial.

Chine et Russie face à la même stratégie de provocation

Cela dit, la visite de Nancy Pelosi à Taïwan est de la même nature que les provocations ukrainiennes à l’encontre des Russophones du Donbass et de la Russie elle-même. L’impérialisme américain, en panne de leadership et confronté à de multiples crises économiques, financières, politiques et morales, tente de créer des foyers de tensions et d’exporter les crises aux marges des rivaux russe et chinois, broyant dans le même élan les alliés européens et japonais.

Appliquant la sagesse asiatique millénaire, la Chine procède au coup par coup. Selon Lü Xiang, expert en études américaines à l’Académie chinoise des sciences sociales, la confiance mutuelle entre les deux armées, chinoise et américaine, a plongé au plus bas, que les relations entre militaires sont tombées à un niveau très bas et que les risques de conflits augmentent, a-t-il déclaré vendredi au Global Times.

«Ces suspensions ont également envoyé un signal clair aux États-Unis : la partie chinoise n’acceptera jamais que les États-Unis nuisent de manière éhontée aux relations sino-américaines sans en subir les conséquences», a ajouté Lü Xiang.

Les Etats-Unis pratiquent à l’égard de Taïwan une diplomatie dite d’«ambiguïté stratégique», consistant à ne reconnaître qu’un seul gouvernement chinois, celui de Pékin, tout en continuant à apporter un soutien à Taipei mais en s’abstenant de dire s’ils défendraient ou non militairement l’île en cas d’invasion.
«Les contre-mesures de la Chine envoient également un signal à Washington : se calmer et réfléchir attentivement au type de relations Chine-États-Unis que les États-Unis souhaitent ?» a déclaré Lü Xiang.

Les huit contre-mesures ont suivi les exercices militaires autour de l’île de Taïwan, qui ont débuté dans la nuit de mardi à mercredi dernier. Par ailleurs, la Chine a arrêté les exportations de sable vers Taïwan. Le sable est un élément essentiel dans la fabrication de microprocesseurs. La partie chinoise a également suspendu les importations de poissons congelé de Taïwan et sanctionné une centaine de compagnies insulaires. Le volume des échanges entre la Chine et Taïwan s’élevait en 2021 à plus de 328 milliards de dollars US. Selon les analystes, les contre-mesures de la Chine sont systématiques et ne seront pas ponctuelles.

Une visite équivoque

Et durant les manœuvres navales dans le détroit de Taïwan, l’Administration chinoise de la sûreté maritime a «interdit» aux navires de pénétrer dans les zones concernées. Ces manœuvres surviennent au niveau de routes commerciales parmi les plus chargées de la planète, et d’une importance cruciale : elles connectent au monde les usines de semi-conducteurs et équipements électroniques d’Asie de l’Est et servent aussi au transport de gaz naturel. Lors des sept premiers mois de l’année, près de la moitié des porte-conteneurs du monde sont passés par le détroit de Taïwan, selon les données compilées par l’agence Bloomberg.

«Étant donné qu’une grande partie de la flotte mondiale de conteneurs passe par cette voie navigable, le déroutement provoqué par les manœuvres entraînera inévitablement des perturbations dans les chaînes d’approvisionnement mondiales», prédit James Char, chercheur associé à l’École d’études internationales S. Rajaratnam à Singapour.

Cela dit, si un coupable devait être désigné quant à la présente situation en Extrême-Orient c’est bien les Etats-Unis qui sont en train d’hypothéquer toute chance de coopération constructive avec les nations asiatiques pour le bénéfice de l’Humanité.

Si la Chine entreprend depuis des années une politique de gagnant-gagnant, impulsant le méga projet de la Ceinture et de la Route (la nouvelle route de la Soie), les Américains, dans un vieux postulat stratégique, veulent créer le chaos aux marges de leurs rivaux.

Les BRICS+, l’Organisation de coopération de Shanghai sont un véritable rempart contre l’hégémonie rampante américano-atlantiste. Le monde qui tend à la multipolarité naitra sans aucun doute des décombres du monde actuel régit par une hyperpuissance déclinante.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email