-- -- -- / -- -- --
Nationale

Tahkout, son fils et ses deux frères écroués

Tahkout, son fils et ses deux frères écroués

Après des auditions marathoniennes qui ont duré plus de 15 heures, le juge d’instruction du tribunal de Sidi M’Hamed (cour d’Alger) a décidé de placer en détention provisoire l’homme d’affaires Mahieddine Tahkout à la prison d’El Harrach.
Le même sort a été réservé à son fils Billel et ses deux frères Rachid et Hamid.
Considéré comme un proche de l’ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia, Tahkout est poursuivi pour plusieurs chefs d’inculpation, notamment pour trafic d’influence, passation de projets non réglementés et pour avoir bénéficié d’avantages, à savoir de marchés publics à titre de complaisance et sans présenter les garanties nécessaires.
Ainsi il rejoint les deux hommes d’affaires incarcérés depuis deux mois, Ali Haddad et Issad Rebrab. 
L’incarcération de Mahieddine Tahkout est intervenue quelques temps après l’avoir confronté à son « protecteur » Ahmed Ouyahia, à l’ex-wali d’Alger Abdelkader Zoukh, à l’ex-ministre des Transports Abdelghani Zaalane, et à l’actuel ministre du Tourisme Abdelkader Ben Messoud, quant à son implication directe dans de nombreux dossiers tels que l’ANDI, le transport universitaire et l’ONOU, le foncier agricole et le transport urbain et suburbain de l’Etusa.
Le fils du richissime homme d’affaires, Billel, déjà impliqué dans plusieurs affaires d’ordre pénal, qui gérait la société Cima Motors, a été placé au même titre que son père en détention provisoire pour diverses accusations, notamment trafic d’influence et dilapidation de deniers publics.
Les frères de Mahieddine Tahkout, Rachid et Hamid, se sont vus infliger la même décision par le magistrat instructeur, c’est-à-dire leur placement en détention provisoire pour trafic d’influence et complicité dans la dilapidation de deniers publics.
Des cadres et des fonctionnaires exerçant au niveau de la Douane algérienne et des impôts ont été écroués par le juge d’instruction après s’être assuré que les mis en cause ont trahi la confiance placée en eux par les administrations qu’ils représentaient. Ils sont poursuivis pour abus de confiance, corruption et négligence manifeste ayant conduit à des pertes d’argent considérables en dinars et en devises.
Il convient de signaler que Mahieddine Tahkout a montré du doigt, au cours de son audition, l’ex-Premier ministre Ahmed Ouyahia par rapport au parc des bus qu’ils possèdent ensemble. Et également l’ex-ministre des Transports Abdelghani Zaalane quant aux différentes conclusions signées dans le domaine des transports, que ce soit à l’échelle nationale ou internationale.
Tahkout a expliqué l’art et la manière avec laquelle il a bénéficié de terres agricoles en affirmant que l’ex-wali d’Alger Abdelkader Zoukh lui proposait des marchés dans le domaine contre des pots-de-vin. Chose que l’ex-premier responsable de la wilaya a réfuté, arguant qu’il « ne faisait qu’exécuter les directives qui émanaient d’en haut ! ».
L’ex-DG de l’Etusa et l’actuel directeur des transports d’Alger écroués 
Par ailleurs, l’ex-directeur général de l’Etusa, Abdelkader Belmiloud, et l’actuel directeur des transports de la wilaya d’Alger, Rachid Ouzane, ont été également placés en détention provisoire pour octroi de marchés douteux à Mahieddine Tahkout. 
Les avocats de la défense comptent introduire, lors des prochains jours et avant l’expiration des délais réglementaires, des appels à la chambre d’accusation de la cour d’Alger, pour solliciter la liberté provisoire en faveur de leurs clients.
Redouane Hannachi

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email