-- -- -- / -- -- --
Nationale

Tahar Hadjar : «Tamazight est entre les mains des académistes»

Tahar Hadjar : «Tamazight est entre les mains des académistes»

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, le Pr Tahar Hadjar, a effectué une visite de travail et d’inspection de deux jours à Béjaïa au cours de laquelle il a inspecté, en compagnie du wali de Béjaïa, les chantiers, en construction relevant de son secteur et inauguré des pôles universitaires d’El-Kseur, Amizour, Aboudaoau et Targa Ouzemour.

Le Pr Tahar Hadjar a ouvert le premier colloque international organisé, faut-il le souligner, par le Haut Commissariat à l’Amazighité (HCA) au campus Aboudaoua sur « La confection des dictionnaires monolingues amazighs ».

Lors de son intervention, le ministre a déclaré que « le gouvernement est entièrement disposé à travailler pour renforcer la généralisation de la culture et la langue amazighes en général et la généralisation de son enseignement à travers le pays ».

Il dira : « Cette rencontre est justement, l’occasion, pour harmoniser les recherches et renforcer les outils de développement de cette langue et tous les travaux seront supervisés par l’académie de la langue et culture amazighes qui sera mise en place dans le cadre des nouvelles dispositions de la Constitution consacrant Tamazight langue nationale et officielle ».

Pour le Pr Hadjar, « ce colloque va permettre à la langue amazighe d’atteindre le stade pratique et technique à travers les recherches et l’unification des dialectes qui constitueront des références linguistiques en vue de son utilisation plus large ».

Et d’ajouter : « Tamazight se trouve aujourd’hui entre les mains des académistes et c’est la meilleure voie pour son évolution », poursuit-il.

M. El Hachemi Assad, secrétaire général du Haut Commissariat à l’Amazighité a abondé dans le même sens, estimant que pour la confection des dictionnaires, Tamazight va être dotée de moyens d’expression et de lexicologie sur une base consensuelle, ce qui permettra la généralisation de son utilisation dans tous les domaines à travers le pays ». Par ailleurs, le ministre Hadjar a été très optimiste.

Il a rassuré que la « prochaine rentrée universitaire s’effectuera dans des conditions sereines aussi bien à Béjaïa qu’à l’échelle nationale », arguant cela par le fait que « l’université de Béjaïa offre 10 000 places pédagogiques et 6 000 lits qui seront réceptionnés en juin », ainsi la réception d’un nombre important de places pédagogiques au niveau national.

Le ministre a indiqué, dans le même sillage, que « le taux moyen d’occupation des infrastructures universitaires à l’échelle nationale est de 60% ».

Il a envisagé à ce propos « d’allonger les horaires de l’enseignement jusqu’à 22h ou minuit dans les grandes villes comme ce fut le cas par le passé », souligne-t-il.

En ce qui concerne la réalisation de deux universités thématiques et le niet des enseignants des départements des sciences exactes, technologie, lettres arabes et sciences juridiques de rejoindre le nouveau campus d’Amizour, M Tahar Hadjar estime que « la question n’est pas encore tranchée et qu’il attend des propositions après la concertation engagée entre toutes les composantes de l’université et que le département des langues et littératures arabes peut rester à Aboudaoua ».

Le ministre a parlé aussi des activités accessoires de l’université, disant que cette dernière « peut rentabiliser ses recherches dans des domaines comme la pharmacie, les énergies renouvelables, etc. ».

Il convient de noter que le premier responsable du secteur de l’enseignement supérieur a visité plusieurs chantiers en cours de construction, notamment le Centre national de recherche en langue et culture amazighes dont le taux d’avancement des travaux avoisine les 30% et a inauguré un bloc administratif de 51 bureaux et 4 salles à Aboudaoua et le centre de recherche en agro-alimentaires et le centre d’innovation et transfert de technologie à Targa Ouzemour.

Il a également inspecté un bon nombre de projets dont les 70 logements de fonction à standing d’El-Kseur et a procédé à l’ouverture également d’un auditorium de 1 000 places pédagogiques à Aboudaoua, 12 amphithéâtres d’une capacité de 300 places, une bibliothèque de 120 bureaux personnalisés et reservés exclusivement aux enseignants dans le même campus.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email